Universités : après la mobilisation, le bilan

Article par Caroline RABOURDIN , le 03/07/2009 à 13h47 , modifié le 03/07/2009 à 13h53 0 commentaire

Après des mois de blocages et de manifestations qui ont touché les universités françaises, quel est le résultat ? Au final, qui a gagné ?

Les cris de colère ont laissé place au calme des révisions dans les universités. Après plusieurs mois de blocage, ces dernières semblent avoir repris leur cours normal, afin de permettre aux étudiants de passer leur examen et de valider leur année. Comme s'il ne s'était rien passé. Le bilan de ces mois de manifestations est à cette image. Comme si finalement, la mobilisation n'avait pas eu de grandes conséquences, à part la paralysie ou le report des décisions. L'Etat, lui, n'a quasiment pas reculé.
En effet, les suppressions de postes prévues en 2010 et 2011 ont été suspendues. La masterisation de la formation des enseignants, les obligeant à décrocher un master à la place d'une licence, a été décalée à 2011. Quant à la loi sur l'autonomie des universités, certains syndicats aimeraient la voir enterrée alors que d'autres souhaiteraient apporter quelques modifications. Seule avancée notable : le décret sur le statut des enseignants-chercheurs, qui déclencha les manifestations, a fait l'objet d'un nouveau décret adopté fin avril.
Il faudra certainement s'attendre à la reprise du conflit en septembre, notamment en ce qui concerne les questions qui fâchent le corps enseignant comme la masterisation ou les suppressions de postes.
Reste que le réel point noir est l'image qu'aura donné pendant plusieurs mois le spectacle d'une université française qui interdit l'accès aux cours à ceux qui le souhaitent, mettant parfois dans des situations problématiques, les étudiants étrangers devant valider leurs acquis avant de repartir pour leur pays.  
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience