La fugue chez les ados : Fondation pour l'enfance, pour prendre en charge les parents

Article par Morgane SOLIGNAC , le 05/10/2009 à 15h12 , modifié le 06/10/2009 à 11h46 0 commentaire

Fondée en 1977 par Anne-Aymone Giscard-D'Estaing, la Fondation pour l'enfance a pour but de "susciter, promouvoir conseiller et aider les actions en faveur des enfants en danger et des familles en difficulté". Au quotidien, elle suit les parents face à la fugue.

"La fugue devient presque aussi important que la maltraitance. Mais curieusement, elle ne suscite aucun intérêt. Elle est considérée comme un symptôme, pas comme une mise en danger".

Partant de ce constat, le directeur de la fondation, M. Grusselle, tire la sonnette d'alarme. Même si la fugue d'un adolescent se solde souvent par un retour, elle représente un véritable appel au secours.

Au quotidien, deux chargés de dossiers, juristes de formation, gèrent des cas de fugue par téléphone. Un soutien pour des parents souvent désemparés. Juliette Gazel, employée de la fondation depuis presque six mois, a déjà traité une centaine de dossiers. Son quotidien se partage entre l'écoute et le conseil aux parents. "Nous sommes là pour les informer, les rediriger, selon le cas, auprès des associations compétentes", explique-t-elle.

Véritable plateforme, la Fondation pour l'enfance reçoit chaque jour les dossiers renseignés de ces ados en perte de repères. Et si le contact avec le fugueur est rare, la solution se trouve très souvent au sein même de la famille. "Nous avons besoin des familles, et leur confiance est indispensable", précise Juliette. En effet, dans la plupart des cas, "ce sont les parents eux-mêmes qui détiennent la clé, la véritable raison de la fugue de leurs enfants", conclut M. Grusselle.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience