• Maman
  • Grossesse

Tout savoir sur l'amniocentèse

Article par Sophie BOURGEOIS avec agence , le 02/09/2009 à 17h36 , modifié le 02/09/2009 à 17h44 0 commentaire

Après l'âge de 40 ans, une grossesse n'est pas sans risque et nécessite une vigilance particulière. Un examen s'impose : l'amniocentèse. Pourquoi le pratiquer ? Quels en sont les risques ? Essayons d'y voir plus clair.

L'amniocentèse est un examen médical qui consiste, à prélever du liquide amniotique chez la femme enceinte pour déterminer une éventuelle anomalie du fœtus et en particulier la trisomie 21. Le prélèvement est complètement indolore et doit se pratiquer dès la 13e ou 14e semaine d'aménorrhée.

L'examen permet de détecter certaines pathologies ou des maladies héréditaires.  Un caryotype est établi qui permettra de repérer les éventuelles anomalies du nombre de chromosomes. 

Hormis la trisomie 21, l'amniocentèse est un examen qui permet de suivre les grossesses à risque et de dépister d'autres malformations fœtales : maladies neurologiques, toxoplasmose...

L'amniocentèse se déroule en milieu hospitalier, le médecin prélève à l'aide d'une aiguille très fine, passée à travers l'abdomen, sans anesthésie, 20 ml de liquide amniotique. Inutile de vous angoisser pendant la séance, l'appareil échographique va guider avec précision les gestes du praticien.

Le prélèvement est alors analysé en laboratoire, les cellules sont mises sous culture et analysées au microscope. En général, les résultats définitifs sont connus au bout de 10 jours.
Dans certains cas, l'amniocentèse peut se révéler inefficace : quand le placenta est situé à l'avant de l'utérus, il y a un risque que les globules du fœtus passent dans le système sanguin de la mère. Et pour les femmes de rhésus négatif, l'intervention doit être suivie immédiatement d'une injection de gamma globulines anti D dans les deux heures qui suivent la ponction,  pour immuniser le sang de la mère.
  
Notre conseil :
Chaque femme enceinte est concernée par cet examen médical : à partir de 38 ans, il est remboursé par la Sécurité sociale et il est conseillé aux femmes à risque de le faire pratiquer (antécédents de trisomie 21 dans la famille.).
 
 
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience