• Maman
  • Grossesse

La grossesse ne met pas à l'abri de la toxoplasmose

Article par , le 13/02/2009 à 10h05 , modifié le 13/02/2009 à 10h27 0 commentaire

Une récente étude montre qu'une femme enceinte peut contracter la toxoplasmose, même si la grossesse est censée l'immuniser contre cette infection dangereuse pour le foetus.

Une femme enceinte est censée être immunisée contre la toxoplasmose si elle l'a déjà contractée auparavant. Toutefois, selon les recherches du Dr Elbez-Rubinstein, publiées dans Journal of infectious diseases, la grossesse n'empêcherait pas de développer cette infection parasitaire. L'idée selon laquelle développer une infection protège d'une réinfection s'écroule donc !

Qu'est-ce que la toxoplasmose ?
C'est un parasite, le toxoplasma gondii, qui transmet la maladie. Il se trouve dans les intestins du chat ou d'autres espèces animales, mais aussi dans la terre. On peut donc la contracter en changeant la litière de son chat, en mettant ses mains à la bouche après avoir jardiné, ou encore en mangeant de la viande contaminée mal cuite ou des légumes mal lavés.
La toxoplasmose est une maladie sans gravité qui se manifeste par un état grippal, mais chez la future maman, la transmission de cette infection peut causer une fausse couche, des problèmes cérébraux et oculaires chez le bébé. 

Des observations inédites
Après une première contamination, on est normalement immunisé à vie grâce à la présence d'anticorps spécifiques dans le sang. Mais selon un cas rapporté par le Dr Elbez-Rubinstein, une maman a donné naissance  à un enfant qui présente des signes de sepsis (septicémie) grave dus à une toxoplasmose congénitale, alors que la patiente de 31ans était immunisée depuis des années, ce qui était confirmé par des examens. Les anticorps contre la toxoplsamose n'empêcheraient donc pas une infection maternelle ni congénitale par certains parasites.

Précautions indispensables
Seuls des contrôles, réalisés dès le début de la grossesse, permettent de s'assurer de l'absence de cette maladie. Concernant la patiente malade, la seconde infection devait être due à un parasite virulent et rarissime en Europe mais bien connu en Amérique du sud. Si ce n'est pas un voyage qui a causé cette infection, les chercheurs en ont dédui que cela devait venir de viande importée et contaminée.
Afin d'empêcher une nouvelle contamination et ainsi un avortement spontané ou des problèmes de santé pour le foetus, les femmes européennes devraient éviter de consommer de la viande d'importation exotique. La contamination a certainement eu lieu en France à cause de viande de cheval importée et consommée crue.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience