• Maman
  • Grossesse

Etre enceinte après l'anorexie, c'est possible ?

Article par , le 10/12/2012 à 17h09 , modifié le 10/12/2012 à 17h14 0 commentaire

L'anorexie touche en moyenne 1,8% des femmes entre 15 et 35 ans. En cas d'anorexie sévère, les conséquences physiologiques sont importantes au point que l'idée d'une grossesse peut sembler impossible.

Une fragilité accrue
Touchant majoritairement des femmes, l'anorexie mentale est un trouble sévère du comportement alimentaire qui associe mésestime de soi et prise alimentaire. Avoir été anorexique pendant son adolescence constitue donc une fragilité pour les femmes qui désirent être enceintes. Elles ont en effet plus de risques que les autres de développer des troubles alimentaires pendant la grossesse, ce qui peut être dangereux pour elles comme pour l'enfant.

Soutien psychologique nécessaire
Si le suivi médical lors d'une grossesse dite normale est important, en particulier sur les prises alimentaires, il est recommandé que les femmes enceintes ayant souffert d'anorexie bénéficient en plus d'un soutien psychologique ou thérapeutique tout au long de cette période. L'objectif, accompagner les femmes qui pourraient ressentir du dégoût face à une prise de poids incontrôlée et à la déformation du corps, sentiments qu'elles ont pu vivre pendant leur adolescence, et les aider à accepter leur féminité.

L'occasion de se réconcilier avec sa féminité
Etape charnière dans la vie d'une femme, la grossesse est en quelque sorte l'aboutissement du caractère sexué et sexuel initié à l'adolescence. Pour bien des femmes c'est le nœud du problème et les angoisses peuvent refaire surface à l'occasion d'une grossesse. Entamer une thérapie est donc une solution qui rend possible l'arrivée d'un enfant et surtout qui permet d'accepter son corps de femme et de se sentir mieux. Dans tous les cas, n'hésitez pas à en parler avec votre médecin qui pourra vous orienter vers une thérapie adaptée.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience