• Maman
  • Grossesse

Allaitement : je me lance ou pas ?

Article par Marilyne CLARAC , le 24/02/2009 à 11h26 , modifié le 24/02/2009 à 17h29 1 commentaire

Allaiter ou pas, c'est une décision importante pour vous, votre couple, votre bébé. La question se pose généralement avant l'accouchement. Voici quelques éléments de réponse à vos questions les plus fréquentes. Mais quel que soit votre choix, sachez que ce sera le bon parce que c'est tout simplement le vôtre.

Pourquoi le lait maternel est bon pour votre bébé ?
C'est un aliment complet pour le nouveau-né. Le lait maternel est celui qui est le mieux adapté à ses besoins. Avec lui, aucune allergie possible. Il contient la quantité suffisante de lipides, protéines, glucides et sels minéraux. Fabriqué pour un enfant précisément, le lait va se modifier en quantité et en qualité au fur et à mesure pour s'adapter au développement de l'enfant. Par exemple il est très riche en lactose et eau dans les premiers jours de vie du nourrisson pour s'épaissir et s'enrichir en matières grasses par la suite. L'autre grande qualité du lait maternel est l'immunité face à de nombreuses maladies : otites, les rhino-pharyngites, les angines, les bronchiolites ou encore l'obésité.
 
Sein ou biberon, qu'est-ce que ça change pour votre bébé ?
Le lait infantile est soumis à un cadre réglementaire drastique. Depuis plusieurs années il a fait de grands progrès et offre désormais tous les nutriments dont un enfant a besoin pour bien grandir. Apprenez juste à faire les bons dosages. Le papa et la famille auront une vraie participation au moment des repas. Néanmoins l'allaitement reste la meilleure alimentation, comme le soulignent même certaines publicités pour le lait maternisé : "Le meilleur lait après celui d'une maman". Le lait en poudre ne contient pas en effet d'anticorps, il est moins digeste et peut provoquer des allergies chez certains enfants. Sein ou biberon, c'est à chaque maman de s'interroger sur son intime conviction. On n'est pas une mauvaise mère parce qu'on n'allaite pas.
 
Toutes les femmes peuvent-elles allaiter ?
Oui, toutes les femmes ont la possibilité d'allaiter. Vous avez de petits seins ? Ce n'est pas un problème. Ni la quantité, ni la qualité du lait ne dépendent de la taille de vos seins. Il y a très peu de contre-indications à l'allaitement : la galactosémie congénitale du bébé, les cas de traitement par chimiothérapie. Mais une simple grippe chez la maman n'est pas un prétexte pour arrêter l'allaitement. Le lait maternel reste toujours le même et conserve toutes ses qualités.
 
L'allaitement possède-t-il des bienfaits pour la maman ?
En dehors du fait qu'il soit gratuit, l'allaitement permet la production de certaines hormones facilitant le sommeil de la maman. Autre avantage: il protège de certaines infections susceptibles d'intervenir après l'accouchement et diminue le risque de baby-blues ou de dépression post-partum avec la sécrétion d'endorphines. L'utérus reprend sa forme normale plus rapidement grâce aux contractions provoquées par la tétée. Autre donnée non négligeable pour celles soucieuses de leur silhouette: donner le sein, c'est aussi brûler près de 500 calories par jour. Une vraie aide pour retrouver sa ligne. Plus étonnant encore l'allaitement aurait, selon des études récentes, un rôle préventif dans le cancer du sein.
 
L'allaitement est-il douloureux ?
C'est une idée reçue. De nombreuses mamans hésitent à allaiter car elles ont peur d'avoir mal. Tout d'abord chaque femme et chaque allaitement est particulier. Certaines difficultés peuvent effectivement intervenir sur le parcours de l'allaitement. Mais les petits soucis comme les crevasses, les mamelons irrités, l'engorgement ou encore la lymphagite possèdent leurs solutions. Inutile donc de stopper la mise au sein. Par exemple, si la montée de lait est trop importante, que votre sein est douloureux, lourd, prenez une douche chaude ou appliquez des compresses d'eau chaude sur vos seins tout en les massant, juste avant la tétée.

L'allaitement abîme-t-il la poitrine ?
Non. On sait que les fibres favorisant le galbe du sein sont fragilisées par les variations de volume. Pour éviter ce problème, il suffit de procéder à un sevrage progressif et de maintenir vos seins avec un bon soutien-gorge. C'est sans risque pour votre poitrine qui retrouvera sa forme originelle.
 
Votre bébé peut-il refuser le sein ?
Ne vous inquiétez pas. Instinctivement, l'enfant va téter dès que vous allez le mettre au sein. Cependant il est possible qu'il n'y parvienne pas correctement pendant les 2 à 5 premiers jours. Non il ne préfère pas le biberon, c'est juste qu'il a besoin d'un temps d'adaptation. Parfois la séparation mère enfant, après la délivrance, peut durer plusieurs heures et troubler son réflexe de succion. Il a peut-être été aussi perturbé par l'accouchement. Mais généralement, avec beaucoup de douceur, tout rentre dans l'ordre rapidement. Dans tous les cas, n'hésitez pas à parler de ces difficultés avec la sage-femme,  si elle est formée pour l'allaitement, ou avec des associations*.
* La Leche League, Lactea, Solidarilait.
 
Le papa aura-t-il un rôle moins important si vous allaitez ?
Une autre peur se crée au sein du couple face à l'allaitement: celle d'évincer le père. Il est vrai qu'en donnant le biberon, il aura l'impression de participer activement à la vie du bébé. En donnant le sein, vous établissez un contact et une relation émotionnelle très forte avec votre bébé. Ne laissez pas la frustration et le sentiment d'inutilité s'installer. Communiquez ! Comprenez sa sensation de mise à l'écart et insistez sur le fait qu'il a un rôle tout aussi important. Il trouvera sa place en s'occupant du bébé autrement : assurer la logistique, changer les couches, lui faire faire le rot, le baigner, le porter...
 
Vous avez commencé à allaiter, pourrez-vous passer au biberon ?
L'Organisation mondiale de la santé préconise un allaitement exclusif pendant les six premiers mois. Même si vous devez arrêter d'allaiter dans les premiers jours, sachez que votre enfant a déjà reçu ce que l'on appelle le "colustrum", ce liquide jaunâtre riche en protéines, sels minéraux et doté de nombreux anticorps. Il apparaît juste après l'accouchement et avant la vraie montée de lait. Plusieurs raisons vous empêchent de poursuivre : le regard des autres, la reprise du travail, la douleur... Vous avez envisagé toutes les possibilités (tire-lait...)... Dans tous les cas, ne prenez pas cela comme un échec. Biberon ou allaitement, le plus important est de se sentir en phase avec votre choix et votre bébé.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience