• Maman
  • Grossesse

Alcool et grossesse : des chiffres inquiétants...

Article par , le 02/07/2013 à 16h18 , modifié le 02/07/2013 à 17h14 0 commentaire

Selon les derniers chiffres du Bulletin épidémiologique de l'Institut national de veille sanitaire, 23 % des femmes enceintes consomment de l'alcool et 7% disent boire au moins deux verres par jour.

L'Institut National de Veille Sanitaire (INVS) a publié des chiffres alarmants dans son Bulletin épidémiologique de mai 2013. Issus de l'Enquête nationale périnatale menée en France en 2010*, ils indiquent que 23% des femmes consomment des boissons alcoolisées pendant la grossesse. 7% de femmes enceintes déclarent quant à elles avoir consommé au moins deux verres d'alcool par jour, tandis que 2 % des femmes rapportent avoir consommé trois verres de boissons alcoolisées ou plus pendant leur grossesse.

Un profil étonnant
Ces chiffres inquiétants appuient le constat selon lequel les femmes en âge de procréer sont largement sous-informées des dangers associés aux fortes consommations d'alcool pendant la grossesse, mais il ne faut pourtant pas en déduire que les comportements à risques se retrouvent essentiellement chez les femmes les plus jeunes et dans les milieux les moins favorisés. Au contraire, les futures mères qui ont déclaré avoir consommé de l'alcool pendant leur grossesse sont souvent plus âgées, ont fait de longues études (niveau Bac +3 ou plus), occupent un poste avec des revenus élevés et sont même déjà maman.

Des risques connus
Les effets d'une forte consommation d'alcool pendant la grossesse sont pourtant connus et ont fait l'objet de nombreuses études. Selon le docteur Paul Lemoine, un foetus dont la mère boit régulièrement de l'alcool pendant sa grossesse a, par exemple, des risques accrus de souffrir du syndrome d'alcoolisme foetal, accompagné d'une dysmorphie cranio-faciale, de déficiences intellectuelles et d'un retard de croissance intra-utérin.

Des résultats probants
Les résultats de l'étude diffusés par l'INVS montrent, eux, que le taux de prématurité (accouchement avant 37 semaines révolues d'aménorrhée) et le pourcentage d'hypotrophie sont plus élevés pour les femmes qui déclarent boire deux verres d'alcool ou plus au cours d'une journée ordinaire, alors qu'elles étaient enceintes.

*Enquête menée sur un échantillon représentatif de plus de 13000 femmes en France métropolitaine.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience