Adolescente et maman : faut-il renoncer à sa scolarité ?

Article par Julie CARON , le 06/12/2013 à 17h17 , modifié le 06/12/2013 à 17h29 0 commentaire

Dur, dur de se réinsérer dans le cursus scolaire alors que les devoirs à la maison se résument à changer des couches. Les mamans ados délaissent la plupart du temps leurs études au profit de leur enfant. Quelles dispositions sont mises en place pour les aider ?

Au-delà des joies de la parentalité, il y a aussi d'importantes concessions à faire. Concessions qui, souvent, consistent à prioriser les besoins de l'enfant et à reléguer au second plan ses propres besoins. Cela constitue le principal défi des jeunes parents, : parvenir à un équilibre entre leur vie d'adolescents et leur rôle de parent. Dans les faits, la reprise d'un projet scolaire est donc loin d'être la règle, d'autant que pour beaucoup de ces adolescentes, l'école est déjà désinvestie.
 
En France, peu de données existent. Il faut donc se référer à l'Angleterre ou aux Etats-Unis pour trouver des éléments de réponse. Des premiers travaux montraient un impact négatif de la grossesse sur l'insertion scolaire. C'est compréhensible : un bébé, c'est du temps, des responsabilités, de l'argent... Difficile de concilier les deux.
 
La parentalité adolescente impose d'assumer des responsabilités et des obligations d'adulte en plus de ses préoccupations de jeunesse déjà nombreuses. Leur nouvelle réalité oblige nombre de lycéens parents à concilier école et vie de parent. Ainsi, bien souvent, ces jeunes délaissent leurs études au profit d'un emploi. De cette manière, de jeunes parents mettent en veilleuse, voire abandonnent certains projets de vie afin de pouvoir assurer le bien-être d'un enfant qui, pendant plusieurs années, sera totalement dépendant d'eux.
 
Le milieu scolaire tente à la mesure de ses possibilités de faciliter ce retour à la vie d'élève. En général, les établissements sont plus indulgents au niveau des absences avec les jeunes mères, même si certains accords d'assiduité peuvent être mis en place. Des aménagements d'heures de cours peuvent également être envisagés mais ils ne sont que de simples autorisations. Dans les cas où les retours à la scolarité sont impossibles, il faut au maximum essayer d'orienter l'adolescente dans un choix professionnel adapté.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience