Grands-mères : "J'espère qu'on va continuer à garder cette belle solidarité féminine"

Article par Caroline Rabourdin , le 22/12/2009 à 16h00 , modifié le 22/12/2009 à 16h05 0 commentaire

Séverine a 31 ans et sa fille bientôt deux ans. Elle nous explique comment elle a vu renaître sa mère en tant que grand-mère. Un rôle que celle-ci assume parfaitement.

"J'avais peur et en même temps, j'étais très excitée à l'idée de lui annoncer qu'elle allait devenir grand-mère. Lorsque j'ai eu ma première échographie, je suis repartie avec une photo de ma fille dans mon ventre. De retour à la maison, j'ai scanné l'image, l'ai découpée de façon à en faire un puzzle et j'ai glissé le tout dans une enveloppe.

Le dimanche qui a suivi, mon mari et moi devions manger chez mes parents. J'ai alors remis l'enveloppe à ma mère et lui ai demandé de reconstituer le cliché. Très vite, elle s'est rendue compte qu'il s'agissait d'une échographie. Elle s'est alors mise à pleurer et m'a dit : "C'est magnifique, c'est le plus beau cadeau que tu puisses me faire."

Au fur et à mesure de ma grossesse, elle s'est sentie très investie dans son nouveau rôle. Quand Constance est née, elle m'a beaucoup aidée. Elle a même été plus présente que le papa qui était souvent absent à cause de son travail. J'ai vraiment senti qu'elle était là pour moi et ma fille. C'était très fort car nous n'étions pas particulièrement proches avant ma grossesse. Aujourd'hui encore, je ne sais pas comment j'aurais fait sans elle.

Maintenant, Constance a deux ans et elle fait courir sa mémé ! Elle qui parfois pouvait être ronchon, pardonne tout à ce petit bébé qui n'en fait qu'à sa tête. Cela a été un véritable bain de jouvence pour ma mère et pour moi, maman représente un soutien sans faille. On s'est beaucoup rapprochées et j'espère qu'on va continuer ainsi à garder cette belle solidarité féminine."
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience