• Maman
  • Conseils

Zoom sur les comportements à risque chez les ados

Article par La rédaction avec agence , le 05/04/2012 à 10h30 0 commentaire

Votre ado est d'humeur variable ? Il ne sort plus, se coupe de ses amis, est en échec scolaire ? Si les comportements à risque s'effectuent à l'extérieur du cadre familial, certains signes ne trompent pas. Voici comment les distinguer.

L'adolescent peut alterner entre épisodes d'agitation, de calme, d'euphorie et même de déprime. Difficile pour les parents de reconnaître les signes annonciateurs d'une dérive dangereuse quand on sait que les jeunes aiment provoquer les adultes.


Attention aux excès !
La rébellion contre l'ordre établi est un leitmotiv chez les adolescents. Chacun a envie de s'affirmer : on boit pour s'éclater, on fume sa première cigarette ou son premier joint... Le danger est dans l'excès. C'est par exemple le binge drinking (boire vite et beaucoup d'alcool), les relations sexuelles sans protection, la conduite automobile risquée, l'automutilation, les troubles de l'alimentation, anorexie et boulimie... Les deuils, les divorces, les agressions physiques ou les climats familiaux difficiles (chômage, violence conjugale, dépression parentale...) peuvent être traumatisants pour l'adolescent et le mener à des troubles du comportement.


Le repli sur soi, un indice à ne pas négliger
S'il est difficile de surveiller les moindres faits et gestes de votre ado, voici quelques signes révélateurs. Le jeune reste enfermé dans sa chambre et parle peu. La baisse brutale et durable des performances scolaires n'est pas à négliger. Un repli, une tristesse, un manque de projet indiquent que l'adolescent est mal dans sa peau. Chez la jeune fille, le mal-être peut se traduire par une perte de poids importante, signe d'anorexie, ou des vomissements réguliers, signe de boulimie.


Restez ferme face aux comportements à risque
En cas de soupçon de comportements dangereux, vous devez rester des parents, c'est-à-dire fixer les limites et répéter à volonté les règles à respecter. Les jeunes ont besoin d'un cadre et de limites claires. Face à des comportements à risque avérés, le plus efficace est de faire appel à une aide extérieure médicalisée : psychologue, médecin spécialiste des addictions, thérapeute... Il existe également des lieux d'accueil spécialisés comme les Maisons des adolescents ou les Consultations jeunes consommateurs.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience