• Maman
  • Conseils

Sport individuel ou sport collectif : Quels sont les bienfaits pour mon enfant ?

Article par Pierre COURADE , le 16/08/2012 à 17h09 , modifié le 16/08/2012 à 22h22 0 commentaire

A chaque rentrée scolaire, la même question : que va-t-il/elle faire comme activité physique cette année ? Avant de se plonger dans une discipline en particulier, autant se demander si il/elle est fait(e) pour la pratiquer seule ou en équipe.

Faisons d'abord un premier distinguo : le sport individuel peut se pratiquer en équipe. Effectivement, le cyclisme, par exemple, fait appel en même temps à des performances personnelles et se pratique au sein d'une équipe.

De même, les spécialistes de la petite enfance préconisent avant tout de pratiquer un sport en club. Même s'il s'agit d'une activité purement individuelle (tennis, escrime,...), le sport en structure collective permet une sociabilisation de l'enfant.

Les bénéfices du sport individuel

C'est certainement vers ce genre de sport que votre enfant doit se tourner au tout début de sa croissance. Jusqu'à ses 6 ans, la coordination des mouvements s'effectue mieux individuellement (gymnastique, notamment). Le sport individuel n'est pas forcément réservé aux seuls "timides". De même que le basket n'est pas réservé aux seuls "grands".

D'ailleurs, selon Philippe Godin, responsable du service de psychologie du sport à l'Université Catholique de Louvain, interrogé par mangerbouger.be, "il n'y a pas de règle, ni d'étude pour savoir s'il faut suivre un caractère dans le choix d'une discipline ou au contraire le ‘corriger'. Et c'est tant mieux : l'épanouissement n'est pas lié qu'à cet aspect des choses !"

Le sport individuel permet à l'enfant de se sentir vraiment lui-même ; il lui permet de s'accepter peut-être plus facilement (surtout au moment de la puberté) ; il fait ressortir sa personnalité tout en lui apprenant à partager ses émotions avec son entourage (ses parents, ses amis, ses proches, son entraîneur,...).

Les bénéfices du sport collectif

L'un des principaux plus d'une discipline collective, c'est peut-être de "noyer" les faiblesses de chacun. A savoir, là où un judoka moyen n'aura pas beaucoup de chances de s'en sortir sur un tatami, un jeune rugbyman au niveau plus faible que son équipe pourra toujours partager les fruits de la victoire. Ce qui peut aussi s'interpréter comme un formidable booster individuel.

Le sport collectif peut s'appréhender à partir de 5-6 ans. Après une période de choix offert à l'enfant (avec des activités extrascolaires multisports), le "sport co" est un formidable moyen d'adaptation en société : savoir écouter l'autre, être au service de son partenaire, comprendre les commentaires de l'entraîneur pour progresser. Des avantages qui se retrouvent aussi dans les sports individuels pratiqués en équipe ou à plusieurs.

Quoi qu'il en soit, le premier choix doit venir de l'enfant. Si évidemment, cela peut être conditionné par des considérations matériels (distance, coûts,...), mais le sport ne doit pas être déterminé par la personnalité de l'enfant. L'activité sportive doit avant tout apporter de l'amusement et un dépassement de soi.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience