• Maman
  • Conseils

Punitions physiques : le temps de la fessée est-il révolu ?

Article par La rédaction avec agence , le 29/03/2012 à 09h00 0 commentaire

La bonne vieille fessée de nos aînés n'a plus bonne presse : elle aurait même un effet opposé à ses visées ! La fessée rendrait en effet les enfants plus agressifs... Cela pose la question des châtiments corporels à l'égard des enfants.

Selon une étude récente menée par les chercheurs de l'Université de Tulane, en Louisiane, les enfants qui reçoivent souvent des fessées à 3 ans ont des chances de montrer des signes d'agressivité dès l'âge de 5 ans. En France, le châtiment corporel des enfants n'est pas interdit. Pourtant, on peut s'interroger sur les vertus éducatives des gifles et autres fessées. Faut-il bannir les châtiments corporels ?


Exercer l'autorité parentale... différemment
Excédé, le parent donne une gifle ou une fessée à son enfant... Et culpabilise souvent quelques minutes plus tard. Si une fessée n'a en soi rien de dramatique, élever un enfant n'est pas le "dresser". Mieux vaut lui expliquer que les conflits se résolvent avant tout par le dialogue... En lui montrant l'exemple ! Etablir des limites fermes et constantes est bien plus efficace pour asseoir son autorité. C'est grâce à ces repères que l'enfant apprend comment se comporter en société. Imposer à l'enfant de se retirer dans un endroit calme lui permettra de réfléchir à la portée de ses actes.


Les effets des châtiments corporels
L'adulte, en faisant usage de violence, donne un modèle négatif à l'enfant. Ce dernier peut être tenté de reproduire le même schéma. La punition peut provoquer une colère rentrée qu'il risque d'extérioriser en adoptant lui aussi un comportement violent à l'égard de son petit frère ou de ses amis. Certains enfants intériorisent des comportements d'anxiété, de perte d'estime de soi, connaissent stress et culpabilité.


Quelles punitions ?
Bien entendu, il ne s'agit pas de ne pas punir l'enfant s'il a fait une bêtise. Les parents pourront opter pour la sanction "réparatrice". Nettoyer un tapis sali, réparer un objet cassé... Ce type de punition présente l'avantage de mettre l'enfant devant ses responsabilités. Les privations sont également efficaces... Sous réserve qu'elles ne touchent ni les activités vitales (alimentation), ni celles qui permettent à l'enfant de s'épanouir (sport...). Les parents veilleront également à adapter la punition à la faute.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience