Pour ou contre la présence du père à l'accouchement ?

Article par Amélie ERMENAULT avec agence , le 19/11/2009 à 12h19 2 commentaires

La majorité des pères modernes sont présents lors de l'accouchement de leur femme. Et, pourtant, dans les années passées, l'accouchement n'était qu'une stricte histoire de femme.

Notre position est-elle plus "saine" ? Qu'en pensent les jeunes papas et les nouvelles mamans ? La jeune maman a eu neuf mois pour tisser des liens avec ce jeune inconnu qu'est la petite personne de bébé. Le papa doit faire un effort d'imagination pour comprendre que, bientôt, un petit être lié à lui par le sang et les nuits sans sommeil sera accueilli dans la famille. Sa femme, qui n'était que son amoureuse, sexy et souriante, deviendra maman et aura ses coups de fatigue et ses moments sans brushing. Son rôle de père commence, certes, avant la naissance dans l'imaginaire, mais le jour de la naissance, il ouvre grand les bras...

La naissance est une étape dans la vie de bébé où il est accueilli par ses deux parents. La présence physique du père dans la salle d'accouchement est-elle pour autant essentielle ? "Je suis très sensible à la vue du sang et je me suis évanoui à la naissance de mon premier enfant, confie Joël. Les sages-femmes et infirmières présentes pour l'accouchement n'ont pas besoin d'avoir en plus un homme à ranimer alors que votre femme est en plein travail." Chacun ses limites et les hommes peuvent librement avoir du mal à assister, impuissants, à la douleur de leur femme.

La désérotisation du corps de la femme lors de l'accouchement est un spectacle particulièrement violent. Un homme qui a du mal avec son futur rôle de père, ou un homme qui entretient avec sa femme une relation sur un mode érotisé, peut avoir du mal à gérer la vision de la naissance. Cela étant dit, il peut aussi regretter amèrement jusqu'à la fin de ses jours d'avoir manqué cet événement unique.

Le rôle de la femme dans la décision que le père assiste ou non à l'accouchement est prépondérant. Elle peut avoir envie de soutien et de sa présence : elle est en droit de lui formuler une demande. En revanche, exiger, forcer, culpabiliser son partenaire n'est pas souhaitable. Chacun peut avoir des limites et le père peut bien se sentir extrêmement mal à l'aide dans la salle d'accouchement. À l'opposé, certaines (rares) femmes désirent être seules avec l'équipe médicale. Ou refuser l'accès du père à l'accouchement. Là, encore une fois, cette façon unilatérale de penser n'est pas recevable et mérite une écoute des désirs du père. La mère ne détient pas le lien avec son bébé en toute-puissance.

Un père absent à l'accouchement laisse-t-il craindre un mauvais père par la suite ? C'est sans doute cette inquiétude en filigrane qu'éprouve la future maman quand son compagnon ne désire pas assister à la naissance. Un bon père est un père aimant, avant tout. Et rien ne laisse supposer qu'un père absent le jour J n'aimera pas son bébé.

La décision prise à deux reste la meilleure décision, quelle qu'elle soit. "J'avais décidé de ne pas assister à l'accouchement, explique Stéphane. Elle n'était pas entièrement d'accord mais ne m'avait pas mis de pression. Mais quand elle a commencé à avoir ses contractions, que je l'ai emmenée à l'hôpital, que  nous avons attendons ensemble que son col soit suffisamment dilaté, que le personnel l'a emmenée en salle d'accouchement, je n'ai même pas réfléchi et je l'ai accompagnée. Et je n'ai rien regretté." L'appréhension de l'accouchement n'existe pas seulement chez la femme. L'homme aussi est face à l'inconnu et peut appréhender. "Avant la naissance de notre fils, nous nous disputions souvent. La tension était maximale jusqu'à la veille au soir, raconte Emilie. Mais dans notre esprit, il devait assister à l'accouchement. Il l'a fait. Et cela a été un moment d'une grande intimité, où il m'a enfin donné son entier support. Ça a été salvateur".

Notre conseil

Pour que l'accouchement se passe au mieux pour tout le monde, il est important de savoir ce qui va se passer : démystifiez au maximum ce jour, les douleurs, les instruments médicaux. Donnez un rôle actif au père : massage du bas du dos, aide à la respiration, essuyer le visage, lui indiquer à quel moment vous aimerez la première photo...

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience