En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • Maman
  • Conseils

Mon enfant est dyslexique, quelles méthodes pour l'aider ?

Article par Margaux BURIDARD avec agence , le 06/07/2009 à 13h52 , modifié le 06/07/2009 à 14h42 0 commentaire

La dyslexie est un handicap affectant 8 à 10 % des enfants. Ces derniers présentent des difficultés dans l'apprentissage de la lecture et de l'écriture en raison de problèmes d'identification des mots écrits. Heureusement, aujourd'hui des méthodes existent pour que votre enfant ne soit pas laissé seul face à ses difficultés et ne se sente pas en situation d'échec scolaire.

Les difficultés que peut présenter votre enfant à l'apprentissage de la lecture, puis de l'écriture, ne portent pas toutes le nom de dyslexie. Celle-ci peut être dépistée chez l'enfant dès l'âge de 4 ou 5 ans mais c'est en CE1 que le diagnostic est le plus facile à rendre. En effet, un enfant peut présenter des signes proches de la dyslexie lors de sa première année d'apprentissage de la lecture et de l'écriture mais ceux-ci peuvent aussi être le fruit d'un problème autre comme un déficit auditif, visuel, intellectuel, un trouble d'élocution, un désintérêt d'origine affective...

Si la dyslexie n'est pas une maladie
, elle peut trouver son origine dans un défaut de latéralité, dans un trouble psycho-affectif et dans un défaut d'attention. Elle peut être accompagnée de soucis divers comme l'orientation spatiale ou temporelle, la motricité, etc. Une méthode d'apprentissage différente est nécessaire.

Les méthodes d'apprentissage
proposées aux enfants dyslexiques visent à éviter que l'enfant ne se démotive. Les enseignants de l'école mettent en place des aides spécifiques : il font lire les consignes par un élève, les reformulent de façon différente, font des aide-mémoire, etc. Les enfants dyslexiques sont souvent dirigés dans des classes aux effectifs moins lourds pour que l'enseignant puisse leur porter toute son attention. Lors des examens diplômants, les élèves souffrant de dyslexie ont le droit à un temps réglementaire rallongé. Les enseignants sont heureusement familiarisés avec ce problème pour être à même de guider les parents des enfants atteints de ce trouble.

L'orthophonie
est l'une des méthodes les plus courantes qui permet de rééduquer les troubles de communication écrits et oraux. Si l'instituteur suggère la démarche, le médecin prescrit des séances qui sont remboursées par la Sécurité Sociale.

La sémiophonie
est une méthode audio-phonatoire et auditivo-verbale  inventée par le docteur Beller. Il s'agit d'un système de rééducation également, qui s'effectue par l'intermédiaire d'un casque et d'un microphone. L'enfant est ramené au point précédant le moment où le langage est devenu significatif pour lui dans le but d'essayer de lui faire modifier son appréhension du langage et de la communication. Libéré des automatismes mis en œuvre dans l'éducation traditionnelle, l'enfant peut réapprendre différemment.

La méthode Tomatis
est une méthode de rééducation de l'écoute dans le but d'améliorer la compréhension, donc l'apprentissage. Elle est fondée sur le principe que la fonction de l'oreille ne se limite pas à l'écoute et à l'analyse des sons mais joue aussi un rôle fondamental dans l'équilibre, la coordination, la verticalité, le tonus musculaire et agit comme un relais pour toute information sensorielle perçue par l'enfant. La méthode Tomatis agit sur le comportement qu'elle modifie graduellement dans le but de l'ajuster aux conditions d'apprentissage de l'enfant.

La psychomotricité
étant l'étude de la relation entre le corps et le psychisme, un bilan permet d'identifier quel est le mécanisme d'apprentissage mis en cause dans les difficultés que rencontre l'enfant dyslexique. Les psychomotriciens ont recours à des jeux et des exercices de relaxation adaptés pour réduire progressivement les facteurs d'altération de l'apprentissage.

L'ergothérapie
permet de répondre à un diagnostic médical fin et travaille sur l'ensemble des troubles qui accompagnent généralement la dyslexie. Les difficultés de l'enfant sont prises dans leur globalité. L'ergothérapie travaille sur l'échange non verbal, la senso-motricité et la rééducation du traitement du système visio spatial. Puis s'ensuit le travail de la réadaptation quand la qualité grapho-motrice a atteint son sommet. Pour exemple, l'ergothérapeute peut montrer des voies annexes pour la prise de note comme l'ordinateur ou tout autre outil adapté et œuvre en relation avec les enseignants.

La psychologie
est une technique qui vise à régler les troubles d'ordre affectifs liés à la dyslexie, considérée alors comme une manifestation de son mal-être. Si l'enfant dépasse son problème affectif, le symptôme de la dyslexie est alors censé disparaître. Mais la psychothérapie n'exclut pas le travail complémentaire avec une méthode de rééducation.
 
Notre conseil
Le diagnostic de la dyslexie est souvent posé par un orthophoniste mais aussi par des médecins dans des centres de consultation spécialisés.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience