• Maman
  • Conseils

Mon bébé ne fait pas ses nuits, comment gérer à chaque âge ?

Article par Caroline CROS , le 19/03/2013 à 13h42 , modifié le 19/03/2013 à 13h46 0 commentaire

Depuis que bébé est arrivé vous êtes comblés de bonheur à un détail près : vous êtes à bout de nerfs, parce qu'à 6 mois (ou plus), il ne fait toujours pas ses nuits. Impossible de s'endormir seul, il ne s'endort que si vous êtes là et se réveille encore 3 à 4 fois par nuits. Fatigués, vous commencez à perdre patience.

Dépassés par les pleurs et les réveils nocturnes de votre enfant, vous ne savez plus comment réagir. Pire, vous doutez de vous et la situation devient très difficile à gérer pour vous et votre conjoint. Rassurez-vous, vous n'êtes pas les seuls dans ce cas. Voici quelques conseils afin d'adopter des comportements simples pour peu à peu aider votre enfant à apprécier ses nuits.

Pourquoi mon enfant ne dort-il toujours pas ?
Dès l'âge de 6 semaines, votre enfant intègre un conditionnement à l'endormissement. Un biberon, une musique, une présence, des calins, vos bras ... Dès lors qu'il n'a plus l'un de ces répères, il pleure, autrement dit, il vous appelle ! Si votre enfant n'a pas pris l'habitude de s'endormir seul, il ne saura pas non plus se rendormir seul lors de ses réveils nocturnes et cherchera à chaque fois votre contact. Sachez que seulement 20% des réveils nocturnes de votre bébé sont causés pour des raisons médicales. N'hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre pédiatre spécialement pour lui parler des troubles du sommeil de votre enfant. Il saura vous aider à trouver des solutions et éventuellement détecter une pathologie particulière.

Soyez attentifs aux signes de fatigue
Il est important de reconnaître les premiers signes d'endormissement de votre enfant. Passé son heure de sommeil, les pleurs de votre enfant deviendront de plus en plus forts et il éprouvera des difficultés jusqu'à son prochain cycle de fatigue. Ces signes durent environ une vingtaine de minutes. Il est grognon, pleurniche, se frotte les yeux, suce son pouce et semble être dans l'inconfort : n'attendez pas. Posez le dans son lit, éteignez la lumière et laissez le seul. Si votre enfant manifeste des signes d'angoisse, rassurez le avec une main sur le dos et encouragez le à trouver le sommeil avec quelques paroles douces.

Ne restez pas à côté de son lit !
Pour que votre enfant prenne de bonnes habitudes, il est important de l'habituer à s'endormir seul et de ne pas éterniser le rituel du coucher. Les calins, les gros bisous et les guilis-guilis doivent être fait avant. Une fois bébé dans son lit, embrassez le et quittez la pièce. Ne restez pas derrière la porte et ne revenez pas 10 minutes après pour voir s'il dort. C'est l'heure de la séparation physique autant pour votre enfant que pour vous.

Mettre en place un rituel
Le rituel du coucher doit être répétitif, il doit être le même chaque soir. Il doit permettre à votre enfant d'appréhender en toute sérénité l'heure du coucher, être la douce passerelle entre une journée agitée et une longue nuit de sommeil. Une histoire, un calin avec papa et maman, une petite musique... Les possibilités évoluent avec l'âge. Imposez un moment de douceur et de calme, pour que bébé comprenne dorénavant chaque soir, qu'il est bientôt l'heure de se coucher ...

Dois-je laisser mon enfant pleurer ?
Voici une question qui fait l'objet de débats depuis la nuit des temps ! Il paraît évident qu'il ne faut pas se précipiter dès les premiers pleurs de bébé, cependant, le laisser pleurer jusqu'à épuisement n'est pas une solution.

Si votre enfant ne parvient pas à se calmer, n'hésitez pas à le faire attendre, et ce, chaque jour un peu plus. Ne vous éternisez pas, rassurez le brièvement puis quittez la chambre. Surtout, ne le prenez pas dans vos bras. Apprendre à votre bébé à gérer lui même son processus de rendormissement, c'est un tout premier pas vers l'autonomie ! Vous verrez que petit à petit, il trouvera lui même la clé du paradis.

N'oubliez pas que le papa aussi est là ... apprenez à déléguer !
Votre conjoint est certes épuisé par de longues journées de travail, mais il est aussi là pour vous aider lorsque vous êtes à bout de nerfs. Son intervention, moins fréquente que la votre, devrait faire comprendre à votre bébé qu'il est plus que temps de dormir. De plus son attitude plus ferme et plus direct devrait agir de manière positive sur votre petit bout.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience