• Maman
  • Conseils

Mère et blogueuse : retour sur un phénomène qui monte

Article par Caroline Cros , le 08/10/2013 à 11h00 0 commentaire

Les digital mum sont de plus en plus nombreuses à raconter leurs péripéties sur la toile. Décryptage de ce phénomène avec quelques témoignages de mamans blogueuses.

En une poignée d'années, les mères de famille ont su trouver leur place dans la blogosphère. Salariées, auto-entrepreneuses, en congé parental et déjà très occupées par leur rôle de maman, elles n'hésitent pas à consacrer du temps à leur blog en racontant leurs aventures et celles de leurs progénitures. Il existe à ce jour des milliers de blogs dits "maman" ou "famille" et certains connaissent une notoriété grandissante.

 

Authenticité, Emotion, Humour

Il y a 5 ans, E-zabel, maman parisienne de deux enfants et pionnière de la blogosphère parentale, ouvrait son blog. "Le phénomène a pris très vite. Il y avait à l'époque peu de blogs de mamans et surtout aucun vrai dialogue possible sur la culpabilité et le mal-être des mères", confie t-elle au site Paroles de mamans.com. Le ton est donné. A travers leurs articles, ces mères de famille comme les autres livrent avec authenticité les difficultés de leur vie de maman et leur incapacité à être des mères parfaites, mais partagent aussi avec émotion les aventures attendrissantes de leurs petits moussaillons.

 

Depuis, les blogs de mamans pullulent. Si bon nombre d'entre eux disparaissent aussi vite qu'ils sont apparus, d'autres perdurent. Au fil de leurs billets et des commentaires, ces blogueuses qui durent tissent des liens profonds avec leurs lectrices, d'autres mamans en quête de partage d'expérience. "La vie de tous les jours, parfois c'est drôle, léger, frivole, tristoune, ponctué de coups de gueule, il faut faire preuve de philosophie ... l'essentiel étant de partager ce qui nous arrive. J'ai ouvert mon blog en 2012 et je suis toujours étonnée de voir les marques de sympathie, de compassion et de solidarité. Par exemple quand ma fille, tigresse n°1, s'est cassée le coude, j'ai reçu plein de messages d'encouragement et de conseils. C'est unique !", explique Salma, stratége en communication marketing, maman de deux enfants et créatrice du blog "la fashion mama".

 

"Partager, déculpabiliser et dédramatiser le quotidien"

Rentrée scolaire, disputes entre frères et soeurs, grossesse longue et ennuyeuse ... Les blogueuses racontent les tribulations de leur famille avec un goût prononcé pour l'humour et l'autodérision. Natacha, plus connue sous le nom de Cranemou, est rédactrice web, blogueuse, auteur, et "clown le reste du temps". Mère de deux enfants (8 ans et 4 ans), elle a créé 'Le blog de Cranemou' en 2009. "J'ai créé mon blog à environ 4 mois de ma seconde grossesse. L'ennui mortel de se retrouver en arrêt maladie pendant ma grossesse, seule, l'envie d'écrire pour m'occuper a toujours été présente, à ce moment là encore plus. A travers mon blog, j'ai envie de transmettre le rire et le divertissement avant tout. J'essaie de relayer ma bonne humeur. J'ai une envie permanente de partager tout ça avec mes lecteurs et lectrices et le blog m'en a donné l'occasion, je me suis engouffrée dedans. Depuis, le blog est une passion obsessionnelle à forte tendance chronophage !"

 

Un phénomène qui ne date pas d'hier

Le psychosociologue Jean Epstein compare le phénomène des mamans blogueuses au lavoir d'autrefois. "De tout temps, les femmes ont eu besoin de communiquer entres elles. La blogosphère parentale offre des espaces pour s'exprimer, échanger, donner ou recevoir des informations, transmettre des savoirs, dans un monde où l'isolement est de plus en plus grand."

 

"Le sentiment de partage est aujourd'hui digitalisé. Auparavant il y avait les gynécées où les femmes partageaient ce qui leur arrivaient, échangeaient sur les expériences, les petits tuyaux ... aujourd'hui nous sommes trop isolées, nous manquons de partage. Le digital permet de combler ce manque. Dans 'Lait Noir', Elie Shafak raconte que dans la culture turque, les femmes étaient entourées pendant 40 jours après la naissance pour éloigner les mauvais esprits. Ce que nous appelons le baby blues en fait ... Il ne fallait pas laisser la jeune maman seule, sous aucun prétexte. Je pense qu'aujourd'hui ce genre de pratique nous ferait pas de mal, en 2.0 évidemment !" Témoigne Salma.


Suivez-les !
www.e-zabel.com
www.cranemou.com
www.lafashionmama.com

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience