• Maman
  • Conseils

Les bébés plus malins qu'on ne l'imagine !

Article par La rédaction avec agence , le 03/04/2012 à 07h30 0 commentaire

On a longtemps sous-estimé l'intelligence des bébés. Avant d'être doués de la parole, ils étaient considérés comme des êtres végétatifs, vivant dans un monde flou et décousu. Pourtant, de récentes études démontrent le contraire !

Les bébés dans le ventre de maman
C'est à partir des années 2000 que le regard sur l'intelligence des bébés a évolué. De nouvelles expériences ont mis en évidence qu'ils sont sensibles à la lumière dès le septième mois de vie intra-utérine. Lors de leur naissance, leur vision est imparfaite, mais bien réelle. Il a aussi été établi qu'avant 6 mois, les bébés sont déjà intelligents : ils savent reconnaître et classer les objets, les sons, les couleurs. En fait, tout démarre seize jours après la fécondation : le cerveau des bébés naît. Après la venue au monde, les connexions neuronales se multiplient.

 

Le langage codé des bébés
A la maternité déjà, l'intelligence des bébés s'exprime par une communication bien rodée. Ils réagissent et communiquent avec leurs parents et les soignants. Âgés de quelques semaines, ils utilisent un arsenal de mimiques : grimaces, petits cris, yeux plissés ou arrondis. Une expérience menée en 1988 a prouvé que durant la nuit, les bébés sont déjà très intelligents : leurs visages répètent les mimiques qu'ils emploieront le jour. Ils en auraient près de 1500 à leur actif ! Et comme leur intelligence émotionnelle fonctionne, un dialogue peut s'instaurer. Ainsi, quand les parents répondent par d'autres mimiques, cela enrichit le potentiel expressif des bébés qui apprennent en imitant l'adulte. Sensibles à la tonalité de la voix, aux gestes et au langage corporel, ils distinguent les sentiments comme la joie, la colère, ou l'anxiété.

 

Les bébés férus de physique et de mathématique
Agés de 3 mois, les bébés comprennent qu'un objet reste identique en passant derrière un mur. Leur intelligence leur permet d'enregistrer les notions de permanence d'un objet et de trajectoire.
Dès 4 mois, ces petits malins sont mentalement capables d'effectuer des additions et des soustractions basiques (1+1=2 ; 1-1=0). Des laboratoires ont procédé à l'expérience avec succès.
A partir de 10 mois, les bébés sollicitent également tous leurs sens pour se représenter l'objet : ils le goûtent en le portant à la bouche et le touchent pour se figurer son relief ou sa taille. Ils comprennent aussi que les objets ne bougent pas seuls. Il faut agir pour les mettre en action. D'où leur irrésistible envie de faire tomber plusieurs fois le même objet de leur chaise haute !

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience