• Maman
  • Conseils

Le bilan d'infertilité, qu'est-ce que c'est ?

Article par Julie MARTORY , le 14/05/2013 à 09h30 0 commentaire

En France, un couple sur 7 serait confronté à l'infertilité ; parmi eux, 1 sur 2 finirait par consulter pour ce motif. Pour ces couples, la première étape d'un éventuel parcours d'AMP (assistante médicale à la procréation) réside dans le bilan d'infertilité. Le point sur le sujet.

Problèmes de fertilité : quand consulter ?
On conseille généralement de consulter au bout d'un an de rapports sexuels réguliers et infructueux, 6 mois si la femme a plus de 38 ans ou si des signes appels existent chez la femme (troubles des règles, antécédents d'infection génitale, fibrome, malformation génitale, endométriose, etc) ou chez l'homme. Un gynécologue spécialisé en AMP réalisera alors un bilan afin de déceler les éventuels problèmes du côté de la femme et/ou de l'homme. Parfois cependant, aucune cause ne sera retrouvée (soit 8% des infécondités).

Du côté de la femme
Le bilan commence par un interrogatoire : cycle menstruel, contraception, éventuels antécédents de grossesse, antécédents chirurgicaux, gynécologiques (salpingite notamment), maladie, tabagisme, consommation l'alcool, prise de médicament. L'idée est de détecter tout ce qui peut nuire à la fonction ovulatoire ou ce qui aurait pu altérer les voies génitales et empêcher la rencontre des gamètes. Le bilan se poursuit par un examen clinique (poids, palpation des seins, de la glande thyroïde, pilosité, examen gynécologique). Des examens complémentaires sont ensuite prescrits, certains de manière systématique :
- des dosages hormonaux (FSH, LH, prolactine, oestrogènes, progestérone, TSH, AMH...) pour évaluer la fonction ovarienne
- une échographie des ovaires et de l'utérus
- une radiographie des trompes

D'autres éventuellement dans un second temps :
- une hystérosalpingographie pour visualiser la cavité utérine et les trompes
- une hystéroscopie afin d'explorer la cavité utérine.
- une coelioscopie
- une biopsie d'endomètre
- une IRM
- l'établissement du caryotype (à partir d'une prise de sang) pour déceler une anomalie chromosomique susceptible de nuire à la fertilité

Du côté de l'homme
Le bilan commence, comme pour la femme, par un interrogatoire : éventuelle pathologie testiculaire, infection, traumatisme, prise de médicament, exposition à des agents tératogènes, antécédent familiaux, tabagisme, etc. Durant l'examen clinique, le médecin va examiner les testicules, les différents canaux, la pilosité.

Un spermogramme est généralement prescrit dès le début du bilan. Cet examen biologique du sperme permettant d'en évaluer différents paramètres : volume, PH, mobilité, nombre, morphologie et vitalité des spermatozoïdes.

Si des anomalies sont décelées, d'autres examens seront éventuellement prescrits :
- la spermoculture permet pour déceler une éventuelle infection
- des dosages hormonaux (FSH, testostérone, prolactine)
- une échographie afin d'analyser les testicules et les différents canaux
- le caryotype
- une biochimie séminale

Les examens du couple
Le test de Hüner consiste à faire un prélèvement de la glaire cervicale (au niveau du col de l'utérus) autour de la période d'ovulation et 6 à 12 heures après un rapport sexuel afin de s'assurer de la qualité de la glaire et de l'aptitude des spermatozoïdes à traverser celle-ci.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience