• Maman
  • Conseils

L'âge du ''non'' chez l'enfant, qu'est-ce que c'est ?

Article par Margaux BURIDARD avec agence , le 30/07/2009 à 17h56 , modifié le 30/07/2009 à 18h02 0 commentaire

Votre bébé marche et vous lui posez les limites là où vous estimez que ses petits pieds le portent dangereusement. C'est alors qu'il intègre les premiers interdits et le fameux ''non''. Ce ''non'', il le fait sien depuis qu'il a environ 18 mois. À quoi cela correspond-il ? Comment réagir ?

Votre bébé se conformait à toutes vos volontés et, peu à peu, il s'autonomise et veut n'en faire qu'à sa tête. Il veut toucher le vase qui casse (mince ! Pourquoi a-t-on oublié de le cacher ?), décide de partir explorer la poubelle, joue trop bien pour prendre son bain... Cette petite personne s'oppose à vous et lâche ses premiers ''non'' qui sont suivis d'une large série ! Car il faut en dire, des ''non'', avant d'être capable de dire ''oui''.

''Non'' qu'est-ce que cela veut dire ?
Dans la bouche d'un tout-petit, ''non'' peut aussi vouloir dire ''oui'' ! Car il est parfois d'accord avec vous et ce ''non'' est une sorte de test pour comprendre le pouvoir que cela représente. Vous le lui dites bien, vous !

Contourner son ''non'' 
peut être souhaitable dans certains cas. Pourquoi créer un conflit quand vous pouvez détourner son attention ? Changer la couche ''non'' ? Lisons donc ce livre pendant que la couche est changée en un tour de main.

La fermeté
en revanche est nécessaire quand il vous faut imposer les règles de la maison : l'heure du coucher, mettre le manteau quand il fait froid... Ou des règles de sécurité quand il court vers le danger. La fermeté, ce n'est pas forcément hurler. C'est avoir assez de conviction soi-même pour ne pas le laisser faire. Et c'est avoir les mêmes règles pour toutes les personnes de la maisonnée. Même s'il ne comprend pas, vous pouvez aussi mettre des mots sur votre ''non''. ''Chaud'', ''dangereux'', ''sale''... Il apprendra ainsi les nuances.

Quand le ''non'' devient un vrai  ''non'',
votre enfant pousse les limites et monte au conflit. Généralement vers les 2 ans, vous voyez votre petit ange se rouler par terre, faire de grosses colères... Il est important qu'il comprenne que c'est vous qui décidez pour lui et non lui pour lui-même. Il est parfois extrêmement difficile de garder sa patience mais... c'est pourtant nécessaire car votre enfant suit votre exemple. Si vous entrez dans le conflit en perdant votre calme, il utilisera le même mode d'expression que vous. Hum, c'est bien sûr beaucoup plus facile à dire qu'à faire !

Quelques astuces
 : quand votre enfant est en crise, cela correspond à un stade normal de son développement. Ne remettez pas en cause votre mode relationnel avec lui. Prévenez votre enfant de ce que vous comptez lui demander : nous partons au parc et pour cela, nous devons partir en poussette. Je chante une chanson avec toi et, après, tu fais dodo...
 
Notre conseil
Les colères violentes de frustration bouleversent votre enfant. Sachez faire la paix avec lui et le rassurer. Ce n'est pas parce qu'il est en colère qu'il obtient ce qu'il veut ; mais ce n'est pas non plus parce qu'il a fait une colère que vous ne l'aimez plus.
 
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience