• Maman
  • Conseils

Help ! Mon enfant refuse de prendre son petit déjeuner...

Article par Candice LUCAS , le 07/06/2012 à 11h55 , modifié le 07/06/2012 à 12h08 0 commentaire

Le matin, la panique : il ne veut pas prendre son petit-déjeuner. Moment important de la journée, vous êtes tiraillée entre l'envie de céder à son caprice et l'angoisse de le laisser partir à l'école le ventre vide. Pourquoi refuse-t-il d'avaler quelque chose le matin ?

Le petit-déjeuner est un moment très important de la journée, pour que votre enfant fasse le plein de réserves après une nuit de sommeil et recharge ses batteries pour bien attaquer l'école et les apprentissages qui l'attendent. Si de nombreux adultes font l'impasse sur ce premier repas, il est primordial à l'enfant en pleine croissance. Mais que faire quand il refuse d'avaler quelque chose ? Avant de s'inquiéter, essayez de comprendre pourquoi il reste le ventre vide avant de partir. Est-ce qu'il refuse son petit-déjeuner systématiquement chaque matin ou est-ce occasionnel ? Face au refus exprimé par votre enfant, expliquez-lui en quoi le petit-déjeuner est un moment clé pour l'aider à bien grandir, avoir les ressources nécessaires pour bien assimiler toutes les nouvelles choses qu'il va apprendre chaque jour en classe et éviter les fatigues de la matinée.

Il n'aime peut-être pas les aliments proposés
Demandez-lui pourquoi il ne veut rien manger lors du petit-déjeuner. Il est probable que les aliments proposés ne lui plaisent pas ou plus. Dans ce cas, proposez-lui de vous accompagner lorsque vous faites les courses afin qu'il choisisse des aliments qui lui procureront envie et plaisir, tout en satisfaisant un bon équilibre nutritionnel. L'idéal pour un enfant étant que le petit-déjeuner intègre un produit laitier et un aliment céréalier, accompagnés ou non d'un fruit ou d'un jus de fruit. Il est également possible que votre enfant n'aime pas le lait. Dans ce cas, plusieurs astuces sont possibles pour lui apporter tous les éléments nutritionnels dont il a besoin, notamment le calcium : aromatisez son lait avec du chocolat en poudre, de la vanille ou des fraises ou proposez lui un yaourt, en pot ou à boire.

Un manque d'appétit en cause ?
Se lever chaque matin est parfois difficile, même pour les enfants, qui préféreraient rester au fond de leur lit encore quelques heures. L'appétit est variable selon les enfants. Si le petit-déjeuner est pris dès le lever, votre enfant n'a peut-être pas encore faim. Essayez d'inverser l'ordre des étapes de préparation de la matinée afin de laisser son corps « se réveiller » et l'appétit s'installer : commencez par sa toilette, ses habits, puis proposez-lui son petit-déjeuner avant de partir pour l'école. S'il n'a pas très faim quel que soit le moment de la matinée, proposez-lui un simple verre de lait et emportez des biscuits pour le trajet. Dans le bus, la voiture ou même en marchant, il est possible que l'envie de grignoter se réveille.

Le petit-déjeuner, un moment de convivialité
Comment faire comprendre à votre enfant que le petit-déjeuner est important si vous-même ne lui accordez pas une place essentielle ? Le petit-déjeuner, au même titre que les autres repas de la journée, doit être un moment de convivialité. Profitez-en pour vous retrouver avec votre enfant, asseyez-vous et déjeunez avec lui, le tout avec bonne humeur, pour qu'il comprenne que le petit-déjeuner est aussi important que les autres repas de la journée. Si vous manquez de temps et que le matin est synonyme de stress pour la famille, faites sonner le réveil un peu plus tôt pour que tout le monde ait le temps de se préparer en douceur et sans stress.

De dix huit mois à cinq ans : l'âge du « non »
À dix-huit mois, votre enfant entre dans la période dite d'opposition systématique. C'est la phase du « non » à tout, votre enfant construit sa personnalité en se détachant de votre avis. Il a le sentiment d'une « pleine puissance ». Le petit-déjeuner est-il le seul moment où vous éprouvez de la difficulté à asseoir votre autorité ? En insistant malgré son refus, votre enfant peut se réfugier derrière un comportement défensif régulier pour affronter ce qu'il considère comme votre « rigidité éducative ».   En fonction des enfants, cette période de construction de soi peut durer jusqu'à l'âge de cinq ans. Mais pas d'inquiétude, un enfant ne se laissera pas mourir de faim, qui plus est s'il mange normalement aux autres repas. En cas de doute, la vérification de sa courbe de poids chez le pédiatre vous rassurera sur la bonne santé de votre enfant.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience