• Maman
  • Conseils

Faut-il pousser son enfant à la compétition sportive ?

Article par , le 20/08/2012 à 07h00 , modifié le 20/08/2012 à 10h04 0 commentaire

C'est tentant... Pousser son enfant à avoir la gagne via le sport, est-ce une fausse bonne idée ? Entre valorisation et stress, entre construction psychologique et épuisement, le juste milieu est à portée de basket.

Les valeurs du sport, ce sont le partage, le plaisir, le dépassement de soi... et bien sûr la compétition ! L'esprit de compétition, la "gagne", peuvent constituer de gros atouts à l'âge adulte, dans le travail voire la vie privée. En tant que parents qui souhaitent le meilleur pour leur progéniture, on peut chercher à galvaniser les compétences de son enfant en le poussant à devenir le meilleur, raquette au poing ou ballerines aux pieds (par exemple...).

L'estime de soi, oui...Mais la bonne

De fait, la pratique d'une activité sportive est souvent source de confiance en soi. Ainsi l'universitaire Lucie Gobance, dans son étude "Le Stress et l'Estime de Soi en compétition", remarque que parmi les sujets qu'elle étudie, les enfants qui pratiquent un sport ont en moyenne de meilleurs résultats scolaires. Elle fait le lien avec une réactivité de l'enfant à des situations d'évaluation sociale. Le sport serait vecteur de réussite, mais sans doute pas s'il donne une mauvaise estime de soi.

Ainsi, une maman désormais divorcée se confiait-elle à Plurielles sur l'état de stress de son fils, Julien, mis à l'épreuve au tennis par son père, frustré d'avoir lui-même arrêté la compétition. À 12 ans le garçon était astreint à 15 heures de tennis par semaine. À 14 ans, son quotidien n'est pas celui d'un adolescent épanoui. "Il menait une vie assez isolée, racontait sa mère, se renfermait sur lui-même, n'avait pas beaucoup d'amis, pas le temps de s'intéresser aux filles de son âge".

La compèt' pour les moins de 10 ans

Hormis des cas extrêmes, la compétition est-elle mauvaise pour l'enfant ? La Fédération Internationale de Tennis (ITF) a tendance à répondre "oui". Pour ses dirigeants, en dessous de 10 ans, les joueurs ne doivent pas subir un esprit de compétition, du moins surtout pas le même que celui des adultes. "Il s'agit de prendre du plaisir en jouant à des jeux qui représentent un challenge et de mettre en pratique des capacités au sein d'un environnement amusant et convivial qui fait souvent appel à la notion d'équipe", explique Dave Miley, Responsable de la Participation. L'aspect ludique prime donc de loin sur la victoire.

Le rôle crucial des parents

Les adultes ont un rôle à jouer pour que l'esprit de compétition existe de manière bénéfique dans le sport. L'ITF préconise une organisation par les adultes, une valorisation de l'effort, une communication qui mette en avant les pistes de progression plutôt que le résultat. Selon Dave Miley, c'est dans ces conditions qu'on débuté les meilleurs joueurs du monde.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience