• Maman
  • Conseils

Enfants et high-tech : toutes les réponses du Docteur Gilles Vallet, pédopsychiatre

Article par Hortense Dormoy , le 08/08/2011 à 12h00 0 commentaire

Le docteur Gilles Vallet a répondu à toutes les questions que vous vous posez sur les enfants et le high-tech ! Risques, conseils, préventions ... on vous dit tout !

Recevez-vous beaucoup d'enfants addict au high-tech?

Gilles Vallet : Le risque d'addiction aux nouvelles technologies ne survient pas trop chez les jeunes enfants, mais davantage chez les pré-ados et ados. Je reçois de nombreux jeunes adressés par leurs parents ou par leurs professeurs. Les ados avouent rarement qu'ils ont un problème d'addiction. Pour eux, passer du temps devant la télé ou devant un jeux vidéo, c'est un plaisir et ils ont souvent du mal à comprendre l'inquiétude de leurs parents.  

Quels sont les risques possibles causés par ces nouvelles technologies ?

GV : Le vrai risque vient des écrans télévisuels, source d'hyper stimulation. Dans la société dans laquelle nous vivons, les enfants sont souvent exposés à la télévision le matin pendant le petit-déjeuner. Cette stimulation est extrêmement mauvaise car elle sature les capacités de concentration des enfants. Leur attention sera diminuée dès leur arrivée à l'école.
Le risque est donc de moins développer toutes les compétences psychomotrices. 

Quelles sont les solutions à apporter ?

GV : Aux parents d'être vigilants et de fixer des limites  quant à l'utilisation des écrans en tout genre. Ils doivent être dans la prévention et ont l'obligation de réglementer l'utilisation de ces outils. L'objectif est qu'ils apportent un "plus" dans le bon développement des enfants. Les parents, qui sont d'une autre génération, sont souvent fascinés de voir que leurs enfants développent un goût prononcé pour ces objets. Ils les croient précoces et les encouragent, ils ne voient pas du tout les risques dûs à ces outils. 

Quel conseil donneriez-vous ?

G
V : Je dirais qu'il ne faut pas arrêter l'utilisation de ces outils car ils sont intéressants et apportent des choses positives mais il faut insister pour que les enfants, en dehors de l'école, aient d'autres activités physiques, manuelles, ludiques ou musicales. Aujourd'hui, la pression scolaire est si forte qu'il est essentiel que les enfants aient des activités extrascolaires. Elles sont fondamentales pour le bon développement des jeunes. 

Avez-vous des craintes pour les générations futures ?

GV : Non je ne m'inquiète pas car le high-tech est un bien, une avancée technologique formidable.  Le tout, c'est l'utilisation qu'on en fait et les excès qu'on en fait. 

Un mot sur les ados, est-ce plus inquiétant ?

GV : Beaucoup s'inquiètent de l'addiction des ados pour internet, et notamment Facebook. Certaines personnes pensent que ces réseaux virtuels isolent les jeunes. Je suis personnellement très nuancé à ce sujet. C'est important aujourd'hui pour les jeunes de faire partis de ces réseaux. Un ado bien dans sa peau va distinguer le virtuel et le concret, surtout s'il bénéficie à côté d'activités qui lui apportent du plaisir. 

Pour conclure ...

GV : Il est bon d'utiliser ces outils mais il faut simplement savoir pondérer, réguler les choses. Aux parents revient le rôle essentiel de mettre des limites. Le principal est d'éviter trop de stimulations sensorielles le matin pour que l'enfant arrive dans un "bon état" à l'école, favoriser cette stimulation virtuelle après l'école, vers l'heure du goûter et éviter le soir pour que la dimension affective retrouve son calme afin de préparer l'enfant à une bonne nuit de sommeil

Docteur Gilles Vallet, "L'enfant de 6 à 11 ans : l'âge de raison, une étape cruciale". Poche - Larousse.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience