• Maman
  • Conseils

Conseils pour se faire obéir de ses enfants

Article par Emilie RABOTTIN avec agence , le 27/12/2009 à 09h09 , modifié le 29/01/2010 à 18h47 0 commentaire

Range ta chambre, prends ta douche, fais tes devoirs... Être parents, c'est imposer des contraintes à ses enfants qui rechignent souvent à les intégrer. S'il n'existe pas de recette magique pour se faire obéir, ces quelques astuces ne tiennent pas du miracle, quoiqu'elles puissent s'avérer étonnamment efficaces. Essayez, ça ne coûte rien !

Il existe autant de types d'éducation qu'il existe d'individus sur Terre. Car non seulement les parents éduquent avec leur personnalité mais s'adaptent aussi à l'enfant qu'ils ont en face d'eux !

Le premier point pour se faire obéir est d'avoir des ordres clairs, courts et précis, essentiels dans la relation parent-enfant. D'autant plus que les enfants sont petits. Il est inutile de noyer les enfants dans des grands discours et dans de grandes justifications.

Les limites sont également posées de façon simple et efficace. Et sont valables pour tous les membres de la famille ! Un enfant teste toujours les limites, quel que soit son âge. L'autorité, c'est d'appliquer des règles valables pour tout le monde et de s'y tenir. Si X a une dérogation, Y en profitera pour en négocier une aussi. Et pourquoi ne l'obtiendrait-il pas également ?

L'explication sur le pourquoi de l'acte demandé est, certes, recommandée mais seulement après que l'enfant s'est exécuté ; l'enfant se sent d'autant plus valorisé quand il a l'explication après. Car il n'y a pas de négociation dans l'acte d'obéissance. Obéir, pour un enfant, doit devenir une attitude naturelle.

Les gronderies sont constructives : il existe une différence entre crier de façon incontrôlée et être mécontente et expliquer pourquoi. Votre enfant a aussi parfois le droit d'être en colère mais pas de hurler. Il en va de même pour nous : nous sommes des êtres intelligents, de communication, et en tant que parents nous montrons comment nous comporter, y compris dans le sentiment humain de colère.

La punition est un acte des plus discutés par les psychologues et les manuels pédagogiques. De façon générale, une punition doit toujours être adaptée en importance à la grosseur de la bêtise. Elle est annoncée, appliquée et expliquée. Une fois la décision de punir prise, tenez-vous y, même si vous avez des doutes.
 
Notre conseil
Votre ou vos enfant(s) attendent de vous de la constance et de la confiance. Quand vous avez pris une décision, tenez-vous y à tout prix. Car une mauvaise décision appliquée avec assurance est plus constructive qu'une décision floue et qui ouvre la porte aux négociations.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience