• Maman
  • Conseils

Apprendre à gérer un enfant somnambule

Article par La rédaction avec agence , le 06/04/2012 à 07h30 , modifié le 13/01/2015 à 12h26 0 commentaire

Entre 15 et 40 % des enfants âgés de 6 à 12 ans sont atteints de somnambulisme. Trouble mineur du sommeil, le somnambulisme peut cependant conduire certains enfants à se mettre involontairement en danger ou à souffrir de manque de sommeil.

L'enfant somnambule n'est pas malade !
Si le somnambulisme fait partie de la famille des parasomnies, il n'est en aucun cas une maladie. Simple perturbation dans la transition des phases de sommeil, le somnambulisme disparaît généralement à la puberté. L'épisode de somnambulisme intervient en effet entre deux phases de sommeil, le plus souvent une à trois heures après l'endormissement. L'enfant somnambule est donc à la fois dans un état de sommeil profond et de demi-éveil : il se déplace mais ne se souvient de rien à son réveil. Toutefois, il peut être déstabilisant de retrouver son enfant déambulant au milieu de la nuit dans la maison, l'air endormi et les gestes maladroits.


Réagir face à un enfant somnambule

 

Lors d'un épisode d'automatisme ambulatoire, qui dure généralement entre 5 et 30 minutes, il est fortement déconseillé de réveiller l'enfant somnambule, qui risquerait de se sentir déstabilisé. Il est toutefois possible de lui parler doucement et calmement pour le raccompagner au lit. Si l'enfant vit des épisodes de somnambulisme agité, il faut par contre veiller à ce qu'il ne se mette pas en danger en se cognant, en descendant un escalier, en escaladant un meuble ou, dans les cas extrêmes, en sortant du logement. Dans pareils cas, il est nécessaire de prendre quelques précautions : vérifier la fermeture des portes et fenêtres ou bloquer l'accès à un escalier.

 


Somnambulisme : quand consulter un médecin ?

 

Des épisodes de somnambulisme qui se répètent plusieurs fois par semaine peuvent rapidement dégrader le temps et la qualité du sommeil de l'enfant. Un traitement peut alors être prescrit par le médecin pour régulariser le sommeil. De la même manière, il est recommandé de consulter son médecin lorsque le somnambulisme s'accompagne d'autres troubles du type terreurs nocturnes ou énurésie, ou qu'il persiste après la puberté.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience