• Maman
  • Conseils

Accouchement : vrai/faux sur l'épisiotomie

Article par , le 17/01/2012 à 14h34 , modifié le 17/01/2012 à 15h20 2 commentaires

Vous allez avoir un bébé ! L'accouchement est prévu dans les prochaines semaines. Vous avez entendu parler d'épisiotomie et vous voulez en savoir plus. C'est tout à fait normal.

C'est quoi une épisiotomie ?

C'est une incision du périnée et de la vulve destinée à faciliter le passage du bébé lors de l'accouchement. Tous les tissus sont recousus après la sortie du bébé et du placenta. En règle générale, elle est pratiquée qu'en fin d'accouchement juste avant l'expulsion. Qui se charge de l'intervention chirurgicale ? La sage-femme ou l'obstétricien.

L'épisiotomie est une petite incision sans conséquence ? Faux.  

Elle n'est ni sans conséquence, ni banal. Des études ont en effet prouvé que l'épisiotomie cicatrice moins vite qu'une déchirure et qu'elle peut rester douloureuse plus longtemps.

L'épisiotomie est un acte fréquent en France ? Vrai.

L'Organisation Mondiale de la santé recommande un taux d'épisiotomies de l'ordre de 30 %. 50 % des femmes enceintes ont accouché au cours de ces dernières années à l'aide d'une épisiotomie.

La réalisation de l'épisiotomie est sans douleur. Voici une réponse de normand : vrai et faux.

Si vous avez opté pour une péridurale, vous ne ressentirez rien. Sinon, l'épisiotomie sera pratiquée au moment d'une poussée et rend l'incision quasi-indolore. La suture se fait sous anesthésie locale. Quant à la douleur liée à la section des tissus, elle dure en moyenne une petite semaine.

C'est votre premier bébé, l'épisiotomie est systématique... vrai et faux.

L'épisiotomie dépend du poids ou de la position du bébé ou de la fragilité de votre périnée ou encore de la taille de la vulve. Mais les chiffres parlent d'eux-mêmes : environ 70 % des femmes enceintes de leur premier enfant sont concernées par l'épisiotomie contre 30 % des mères de famille qui ont déjà eu une ou plusieurs grossesses.

L'épisiotomie est pratiquée dans l'espoir de réduire les déchirures brutales et incontrôlées du périnée lors de l'accouchement : faux pour le moment.

Les études cliniques n'ont pas encore confirmé cette hypothèse.

Il existe des complications de l'épisiotomie : vrai !

Il y a le risque d'une hémorragie locale ou d'une infection. Le traumatisme musculaire et nerveux est systématique. La jeune mère de famille peut aussi souffrir de douleurs périnéales et d'hématomes périnéaux. Un granulome inflammatoire ou une endométriose peuvent faire leur apparition au niveau de la cicatrice.

L'épisiotomie prévient un risque de descente d'organes ou d'incontinence urinaire : vrai pour certains médecins.

Ils estiment qu'il est préférable de sectionner les muscles du périnée et de les recoudre plutôt que de risquer une déchirure franche et grave. Jusqu'à présent, les études n'ont pas prouvé qu'en l'absence de cette incision, les femmes risquent une descente d'organes ou des problèmes d'incontinence.

L'épisiotomie cicatrice généralement bien : vrai en règle générale !

Il faut respecter les mesures d'hygiène. A la maternité, une infirmière fait la toilette intime de la mère de famille au moins deux fois par jour. Mais il faut faire des soins corrects après chaque passage aux WC. La cicatrice doit être séchée (pas de serviette de toilette mais des gazes stériles) en la tapotant légèrement. Des antiseptiques sont utilisés en cas d'infection. Quand la maman retrouve son domicile, il faut continuer à surveiller la cicatrice et respecter les mesures d'hygiène.

L'épisiotomie est utilisé pour des raisons médicales : vrai !

Cette pratique peut être réalisée quand les bébés sont gros et qu'ils risquent de déchirer le périnée. Quand ils se présentent aussi par le siège. Les accouchements sous péridurale étant de plus en plus fréquents, ils nécessitent l'utilisation de forceps et par conséquent une épisiotomie est donc nécessaire. L'épisiotomie peut être aussi utilisée quand le bébé est prématuré et qu'il faut par conséquent accélérer la phase d'expulsion. Elle est pratiquée quand l'accouchement est déclenché car il y a un risque de déchirure du périnée. Les médecins ont également eu recours à l'épisiotomie chez les sportives dont les muscles sont plus fermes, chez les femmes qui ont pris du poids ou des oedèmes ou un périnée très court.

Une bonne préparation du périnée pendant la grossesse et de la patience lors de l'expulsion permettent d'éviter un recours systématique à l'épisiotomie : vrai.

La gêne dure en général une petite semaine : vrai.


Mais plusieurs femmes ont déclaré encore souffrir deux ou trois semaines avec l'accouchement.

Les relations sexuelles sont plus sensibles voire douloureuses : vrai.

La région périnéale est plus sensible lors de la reprise des relations sexuelles. 80 % des femmes, qui ont subi une épisiotomie, ont une reprise de rapports douloureux. 19 % d'entre elles ont admis que ces rapports sont toujours pénibles plus de trois mois après l'accouchement.


En cas de doute, de douleurs persistantes, de sensibilité au toucher, de rougeurs, de fièvre ou encore de pus après une épisiotomie, il se peut que la cicatrice soit infectée. Il faut donc revoir l'obstétricien qui a pratiqué l'accouchement et l'épisiotomie.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience