• Maman
  • Enfants

La fatigue scolaire

Article par Marie-Lucie VANLERBERGHE , le 28/02/2007 à 15h49 , modifié le 28/02/2007 à 15h50 1 commentaire

Les rythmes scolaires sont loin d'être adaptés aux rythmes biologiques et les enfants en souffrent. On constate par exemple chez certains enfants en dernière section de maternelle une fatigue quasi permanente due tout simplement au fait qu'il n'y a plus de sieste à cet âge alors qu'elle leur serait encore nécessaire. Pour les plus grands, plusieurs facteurs rentrent en ligne de compte, outre le fait qu'ils sont dès le CP assujettis à des exigences importantes d'assimilation de connaissances et de devoirs à faire après leur journée d'école. Rappelons par exemple que les devoirs écrits à la maison en primaire ont légalement disparu... Ce qui est loin d'être le cas dans la réalité. Ce que l'on appelle médicalement la fatigue scolaire (à ne pas confondre avec une fatigue quotidienne banale dont on récupère vite) revêt plusieurs symptômes qui disparaissent généralement lors de vacances ou à l'occasion d'un changement d'instituteur. Amaigrissement, pâleur, perte d'appétit, infections ORL fréquentes, troubles de l'attention, de la mémoire, du caractère, tics, grimaces ou bégaiement sont autant de signaux d'alerte d'une pathologie qui peut s'installer et dont les causes peuvent être multiples : un emploi du temps surchargé (attention, les activités extra scolaires ne doivent pas être trop nombreuses), un phénomène d'ennui (fatigue par désintérêt), la crainte de mauvais résultats et des punitions qui vont avec, l'obsession de la performance chez certains parents ou au contraire leur trop grand laxisme.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience