Équilibre et (re)considération

Article par Paul Vian , le 26/01/2006 à 14h58 , modifié le 26/01/2006 à 14h59 0 commentaire

" Le désinvestissement scolaire, observe Jeanne-Marie, institutrice, est le fruit d'une émotion destructrice appelée “déconsidération”. Un enfant qui ne se considère pas est un enfant en souffrance. Il conviendra alors de lui donner les instruments qui lui permettront de réinvestir une nouvelle image de lui-même, plus stable, plus édifiante. "

Ça, c'est la théorie. Dans la pratique, il s'agira de lui apprendre à se construire un ego solide et assumé hors de l'école. " L'entité scolaire, explique le psychologue Pierre-Henri le Muire, ne doit pas absorber en totalité le “moi” d'un enfant. Pour se développer sainement, l'estime de soi a besoin de se nourrir d'expériences glanées sur plusieurs terrains qui se compensent et s'équilibrent : théâtre, dessin, danse, sport, etc. "

Selon Anne Floret, psychanalyste et auteur de l'ouvrage Des enfants bien dans leur peau, il appartiendra également, pour les parents, d'apprendre à bien distinguer l'enfant de l'élève. " Quand l'enfant a des difficultés scolaires, son image de mauvais élève est si prégnante qu'on a tendance à la maison, à oublier que ce n'est qu'une facette de sa personnalité. Dans de telles conditions, il n'est pas du tout logique d'attendre des progrès de sa part. " En revanche, le reconnaître dans ses capacités extrascolaires pourra manifester en lui un désir d'apprendre à nouveau.

TOUT SAVOIR SUR
BlocInscriptionNewsletter_papieredito
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience