Il dit " non " à tout !

Article par Marie-Lucie VANLERBERGHE , le 13/12/2005 à 09h56 , modifié le 11/02/2008 à 10h55 0 commentaire

Non, sa réponse est toujours non ! Rassurez-vous, cette période un peu pénible correspond à une étape importante pour votre bout d'chou. Il passe du stade de bébé à celui d'enfant, qui découvre qu'il a une volonté propre. Christine Brunet, psychologue, éclaire par ses explications et ses conseils cette phase assez déstabilisante pour les parents.

A quel âge commence la période d'opposition, du "non" ?
Très tôt, avant même d'avoir acquis le langage, un bébé est capable de manifester qu'il ne veut plus boire son lait, qu'il n'aime pas sa purée... Il chasse la tétine avec sa langue, repousse son biberon des deux mains.
Mais c'est vers l'âge de dix-huit mois que revient, quoi que vous demandiez à votre enfant, la réponse " non " de manière répétitive. Cette phase, très agaçante pour les parents, peut durer jusqu'à 3 ans, voire plus. L'opposition se manifeste de manière plus ou moins forte, du simple " non " à la crise durant laquelle l'enfant se roule par terre.

Pourquoi dit-il toujours non ?
A ce stade, l'enfant grandit, découvre qu'il peut s'affirmer et manifester son identité. Il se construit en tant qu'individu en s'opposant à ses parents. C'est une autre façon pour lui de manifester sa volonté propre, de dire " je suis " ou " moi je ".

Ce " non " est-il suivi en acte ?
Françoise Dolto disait : " souvent l'enfant dit non d'emblée pour mieux pouvoir dire oui après ". C'est heureusement souvent le cas : l'enfant dit " non " tout en faisant ce qu'on lui demande. Ce " non " signifie que l'enfant ne veut pas faire quelque chose, parce que sa mère le lui demande. Il finit souvent par obéir, mais parce qu'il veut bien le faire, lui.
Parfois, ce refus se manifeste avec violence : l'enfant tape du pied, se roule par terre, traite sa mère de méchante...

Que faire dans ces cas-là ?
Par moment, il suffit de faire diversion en changeant de sujet ou de répondre " bon, j'ai bien entendu, tu ne veux pas t'habiller, mais il faut que nous sortions et tu ne peux pas y aller tout nu ! ". Il faut aussi une cohérence entre le ton et les actes : mieux vaut être là, près de l'enfant, que de crier " tu viens " à l'autre bout de l'appartement. De plus, la cohérence entre le père et la mère, essentielle, l'aidera à trouver ses marques. Evitez donc les désaccords devant lui.

Jusqu'où doit aller l'autorité ?
Il ne faut pas craindre d'exiger certaines choses pour lui, la fermeté est indéniablement la vraie autorité. Vous pouvez lui expliquer sans vous justifier : " je décide cela, non pas contre toi, mais parce qu'il faut que tu manges pour grandir ".
Quand il pique une grosse crise, ne rentrez pas dans son jeu. A " tu es une méchante maman ", répondez plutôt " je n'accepte pas que tu me parles sur ce ton " que " et toi tu es un méchant enfant ". Donnez toujours une appréciation sur ce qu'il fait ou dit, mais jamais sur ce qu'il est. Essayez de le calmer en étant très ferme " je compte sur toi, on en avait déjà parlé... " Pensez toujours à le responsabiliser plutôt que de le culpabiliser. Essayez de toujours résoudre la crise sur le moment, en évitant de dire " j'en parlerai à ton père ".

L'humour est-il un bon moyen de résoudre cette opposition systématique ?
Au moment de la crise, l'humour ne passe pas forcément bien. On peut toujours essayer de dédramatiser : " aujourd'hui, on dirait que tu serais Monsieur Non... Mais j'aime bien aussi quand tu es Monsieur Oui ... ". On peut lui offrir un livre sur le sujet (Pourquoi pas Monsieur Non, justement ?) et lui lire l'histoire, ou encore évoquer votre enfance ou celle de son père " on demandera à papa si il était Monsieur Non quand il était petit... "

Y a t-il des enfants qui ne s'opposent jamais ?
Oui, mais ce n'est pas le signe d'une grande adaptabilité. On peut penser d'un enfant qui ne dit jamais " non " qu'il est passif, effacé, et manque de tonus. Les cas sont heureusement assez rares !

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience