• Maman
  • Enfants

Comment réagir face aux premiers flirts ?

Article par Frédéric DANILEWSKY , le 09/03/2007 à 15h58 , modifié le 12/02/2008 à 17h03 0 commentaire

L'entrée dans l'adolescence est souvent accompagnée des premiers flirts sérieux. Pleurs, émois, mélancolie, réactions exacerbées, il n'est pas toujours facile de faire face à ces débordements d'émotions et de répondre aux attentes de ses enfants. Comment réagir ?

Quand apparaissent les premiers flirts ?
La métamorphose du corps accompagne souvent les premiers flirts. La puberté est le déclencheur principal de l'éveil à la sexualité. Les premières règles chez les filles et les premières éjaculations chez les garçons en sont les signes avant-coureurs. Ces manifestations sont souvent accompagnées des premiers flirts sérieux qu'il faut bien entendu distinguer des amours d'enfance ou l'on se tient par la main pour faire comme papa et maman.

Attention, vigilance !
Restez vigilantes, les premiers flirts sont à prendre au sérieux. Ils peuvent engendrer mélancolie, violence ou stress chez vos enfants en fonction des relations qu'ils entretiennent avec leur partenaire. Les chagrins d'amour peuvent être destructeurs. Dans tous les cas n'hésitez pas à instaurer le dialogue, mais sans forcer. De toute façon, vos enfants ne se livreront que s'ils en ont envie.


N'hésitez pas à en parler
Avec la découverte des sens, les premiers flirts peuvent également être synonymes de relations sexuelles. Nous ne sommes plus dans les années 50. En parler n'est plus tabou. Il ne faut pas hésiter à en discuter ou à prendre un rendez-vous avec un gynécologue. Il faut savoir que l'ignorance et le manque d'information sont bien plus néfastes pour les adolescents qu'une abondance de renseignements même si parfois cela peut paraître gênant. C'est le moment de tous les doutes. Une petite séance d'explications aidera certainement votre enfant à se respecter, à se faire respecter et à mieux comprendre son corps en pleine transformation. Faites tout pour que ce moment se passe le mieux possible.

Le référant, une personne importante
Le dialogue est certes nécessaire, mais il faut respecter le jardin secret de votre enfant. Ne lui soutirez pas d'informations contre son gré. Il se dévoilera quand le besoin s'en fera sentir. A ce sujet, il arrive très souvent que les adolescents prennent un référant. Ne vous offusquez pas si vous n'êtes pas le premier choix dans sa liste. Vous n'aurez pas forcément le beau rôle. En tant que parents tout ce que vous pourrez dire ne sera pas forcément accepté. Les enfants préfèrent souvent se confier à une personne de la famille, symbole de stabilité (tante, grande sœur, grands-parents, parents proches,...). Ils la choisiront eux-mêmes et cela les aidera à dédramatiser certaines expériences.

Merci au Dr Alain BRACONNIER pour ses conseils.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience