• Maman
  • Enfants

Comment parler de sexualité aux enfants ?

Article par Marie-Lucie Vanlerberghe , le 14/03/2006 à 16h37 , modifié le 07/02/2008 à 14h27 2 commentaires

Tôt ou tard, les questions sur la sexualité taraudent tous les enfants. Quand et comment en parler, quels mots utiliser ? Christine Brunet, psychothérapeute et psychologue, donne quelques pistes en fonction de l'âge de l'enfant.

Quand aborder la sexualité avec les enfants ?
Entre 3 et 5 ans, l'enfant pose souvent la question de son origine. L'idéal consiste à en parler à une occasion particulière, comme une grossesse, une naissance ou l'achat d'un livre sur le sujet.
Si l'enfant ne pose pas la question, mieux vaut prendre l'initiative. Sans quoi il peut se croire fautif s'il en entend parler à l'école alors que ses parents n'ont jamais rien évoqué devant lui. Il est constructif pour lui d'apprendre la vérité petit à petit, avec les paroles de ses parents, sur un sujet qui lui explique d'où il vient.
Abordez la question à la maison, à un moment calme. Faites comprendre à votre enfant que c'est une conversation privée, que vous lui faites confiance et qu'il n'a pas à le répéter à ses copains.

Comment en parler ?
A 3 ans, l'enfant fait la différence entre une fille et un garçon. Il est important de nommer le sexe de l'enfant avec un petit nom, et pas uniquement pour les garçons. Il est sain de nommer aussi le sexe de la petite fille (zezette, chougnette...)
A cet âge, on peut expliquer que pour faire un bébé, il faut un papa et une maman qui s'aiment très fort et que le papa dépose une graine dans le ventre de la maman. Certains détails anatomiques pourront être exposés un peu plus tard, vers 5-6 ans.

Et si l'enfant pose des questions personnelles ?
Les enfants un peu plus grands peuvent parfois poser des questions très crues, qui concernent leurs parents. Dans ce cas, il faut toujours parler d'un homme et d'une femme, jamais de " papa et moi ". La sexualité des parents doit rester inaccessible, c'est nécessaire à l'épanouissement de l'enfant.
Par ailleurs, lorsqu'un enfant pose des questions embarrassantes en pleine rue ou dans un magasin (ex : " comment fait le papa pour mettre la graine ? "), le parent peut répondre : " ta question est très importante, et c'est un sujet privé, je t'en parlerai quand nous serons tous les deux à la maison. "

Vers l'âge de 5-6 ans, quel discours peut-on tenir ?
Il est bon qu'à cet âge les parents aient déjà abordé le sujet avec leur enfant.
Dans l'esprit de ce dernier, la sexualité est encore étroitement liée à la conception. Il est essentiel d'être clairs sur vos choix, et de faire la distinction à ce moment-là entre mariage et conception... Les parents peuvent expliquer à leur enfant " papa et moi, nous ne sommes pas mariés, mais nous nous sommes choisis dans notre cœur et tu es le fruit de notre amour... "
Ce type d'explication est structurant pour l'enfant. Sans ces éclaircissements, l'enfant peut penser que ses parents ne lui font pas confiance, il peut se sentir mal.
Appuyez-vous sur des livres qui traitent de la question de manière précise mais pudique.

L'enfant peut-il avoir des réactions violentes ?
En réponse à vos explications sur la conception, ou en regardant ses parents s'embrasser, il s'exclame parfois que " c'est dégoûtant ". Cette manifestation d'apparence puritaine est une manière de dire qu'il trouve ça injuste. Parce que lui n'y a pas droit. Rappelez-lui éventuellement avec le sourire que ce n'est pas dégoûtant, et que c'est comme cela qu'un homme et une femme se montrent qu'ils s'aiment.
S'il traverse sa phase " oedipienne ", faites une piqûre de rappel sur l'interdit de l'inceste : " Tu trouves peut-être cela injuste, mais c'est comme ça : on ne peut jamais se marier avec son père ou sa mère, c'est interdit. Quand tu seras plus grand(e), tu choisiras ta femme (ton homme). "

Comment se manifeste la sexualité d'un enfant et quelle attitude adopter ?
Si l'enfant se tripote, ce qui est extrêmement banal, il ne faut pas lui dire que c'est sale ou mal. Evitez les propos comme : " arrête, ton zizi va tomber ". Surtout, ne lui faites jamais de réflexion en public. En privé, vous pouvez lui expliquer que cela vous gêne et qu'il est préférable qu'il garde ses petits gestes pour lui quand il est tout seul. Cela peut être aussi une bonne occasion de lui faire comprendre que son corps lui appartient : " Toi tu peux te toucher. Mais personne d'autre ne doit le faire. "

Et que faire lorsqu'il reproduit des comportements sexuels d'adulte ?
Pour commencer, les parents doivent respecter la pudeur de l'enfant. En couple, mieux vaut être discret car des embrassades et des câlins démonstratifs peuvent le gêner.
En grandissant, l'enfant comprend que ses parents font l'amour pas uniquement en vue de la reproduction.
Parfois, il vous explique qu'il a un amoureux (se). Dans ces moments-là, il est parfois bon de rappeler les interdits. Vous pouvez lui expliquer qu'on ne peut pas forcer quelqu'un à embrasser.
Inutile de vous braquer en entendant des propos comme : " je vais mettre mon zizi dans ses fesses ". Il ne fait que répéter des mots qu'il a entendu à l'école, mais remettez quand même les pendules à l'heure : " Tu ne dois pas faire ça, ton corps n'est pas prêt pour ça, ni le sien ".
Donnez-lui toujours des explications simples sans vous justifier, et sans le culpabiliser vis à vis de la sexualité. Tâchez de toujours présenter les choses sous un jour positif tout en restant ferme sur les interdits.

Des livres pour aider 
Pour les 2-3 ans : 
Filles et garçons et Attendre un petit frère ou une petite sœur, Dr Catherine Dolto-Tolitch, Gallimard Jeunesse
La vie avant de naître, Colline Faure Poirée et Catherine Dolto-Tolitch, Gallimard Jeunesse.
L'Imagerie du corps humain, Emilie Beaumont, Fleurus Enfants

Pour les 4-6 ans :
Petite encyclopédie de la vie sexuelle, Isabelle Fougère et Buster Bone, Hachette jeunesse.

Pour les 5-8 ans :
Questions d'amour- 5-8 ans, sous la direction de Virgine Dumont, Nathan.
On va avoir un bébé, Dominique de Saint Mars et serge Bloch, Bayard

Pour les 9-13 ans :
Le guide du zizi sexuel (Titeuf), ZEP et Hélène Bruller, Glénat

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.


de Maman

Newsletter hebdo

Je souhaite recevoir la newsletter Plurielles.fr chaque semaine à mon adresse e-mail :


Le Top 10
  1. 4.
    40 prénoms courts trop mimi pour petite ...
  2. 5.
    20 prénoms rares pour petites filles ...
  3. 6.
    35 prénoms rétro pour petit garçon bobo
  4. 7.
    15 prénoms rétro pour petites filles ...
  5. 8.
    30 prénoms rétro pour petite fille bobo
  6. 9.
    15 prénoms de garçon rétro qui vont ...
  7. 10.
    30 prénoms bretons pour petite fille ...

Zoom sur

Jouez & gagnez !
logAudience