Céder parfois... mais pas sur l'essentiel

Article par Marie-Lucie VANLERBERGHE , le 18/01/2007 à 14h25 , modifié le 18/01/2007 à 14h26 0 commentaire

Mieux vaut parfois céder, louvoyer, négocier que de se raidir et d'en payer lourdement les frais. Chercher une paire de chaussettes roses plutôt que rouges, telle robe plutôt que tel pantalon vaut mieux que de perdre une grosse demie-heure à calmer une crise. Désamorcer une colère, c'est souvent gagner du temps et préserver son énergie.
On peut donc céder un peu, mais pas sur tout. Autoriser certaines choses permet de redéfinir clairement ce qui est vraiment interdit : grimper sur la balustrade du balcon, dormir dans le lit des parents...

Parfois, repérer les circonstances propices aux tensions permet de mieux anticiper et désamorcer. C'est typique dans les situations d'urgence : il faut vite s'habiller, prendre le petit dejeuner pour partir à l'école... C'est bien souvent dans ces moments que les enfants piquent une colère ! Mieux vaut se lever quelques minutes plus tôt pour que le "rituel" du matin se passe plus paisiblement.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience