Tout savoir sur la phobie scolaire : ils témoignent

Article par Saliha Hadj-Djilani , le 17/08/2010 à 18h28 , modifié le 10/07/2012 à 15h09 0 commentaire

Des parents, enseignants et enfants se sont confiés à nous à propos de la phobie scolaire qu'ils ont vécue de près ou de loin.

Lionelle, 34 ans, professeure d'Histoire au collège

Je me souviens de Sonia, une élève de 6ème. C'était plutôt une bonne élève et puis un jour elle s'est plaint de maux de ventre. Je l'ai envoyée à l'infirmerie. Un autre jour de maux de tête, elle pleurait et sa mère a dû venir la chercher. Après je ne l'ai plus revue en cours pendant des semaines. Plus tard, le professeur principal m'a expliqué que Sonia souffrait de phobie scolaire et qu'elle était suivie par un pédopsychiatre. Nous avons dû aménager son emploi du temps. Elle ne venait qu'à certains cours et prenait des cours par correspondance.
Ca a duré toute l'année scolaire. Je l'ai eu en cours deux ans plus tard et c'était comme si de rien n'était. Elle n'avait plus de problème et c'était une élève brillante même.

Paul, papa de Pierre, 16 ans

Les problèmes avec Pierre ont commencé avec le décès de sa grand-mère. Elle est morte dans notre maison, suite à une attaque... Bien sûr, il a très mal vécu comme nous tous. Et puis soudain, il a refusé d'aller à l'école. Il se tordait de douleur dans le hall d'entrée pour ne pas y aller. Il y mettait une telle force que personne n'arrivait à lui faire franchir le pas de la porte. C'était épuisant parce que ça se reproduisait tous les jours. N'en pouvant plus, je l'ai emmené chez le psy, pensant que qu'il avait certainement du mal à se remettre du décès de sa grand-mère. A ma grande surprise, il m'a dit que Pierre était en pleine phobie scolaire et que tout rentrerait dans l'ordre bientôt, au bout de quelques séances. Après quelques semaines, c'est passé, c'est vrai. Heureusement. Mais je me souviendrai toute ma vie des crises de nerfs de mon fils. Je ne l'avais jamais vu comme ça et c'était vraiment très impressionnant.

Frédéric, 22 ans, étudiant en informatique

L'année de la Terminale, j'ai été pris de panique un matin et je n'ai plus jamais réussi à retourner en cours. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Il n'y avait pas de raisons. C'est vrai que j'avais eu une petite déception amoureuse quelques jours avant mais pour moi il n'y a jamais eu de liens. Du coup, j'ai préparé le bac chez moi par correspondance mais le jour de l'examen, ce fut le blocage total... Impossible de me rendre sur le lieu de l'examen. L'idée de revoir des copains de classe et de leur rendre des comptes m'était insupportable. J'ai donc perdu une année parce que je n'ai pas passé mon bac finalement.
L'année suivante, j'ai suivi les cours entièrement par correspondance et j'ai eu mon bac. A la fac tout se passe bien maintenant. Il paraît que j'ai fait de la phobie scolaire. En tout cas, ça a disparu du jour au lendemain et je ne m'explique toujours pas ce qui s'est passé.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience