• Maman
  • Enfants

Soigner mon enfant avec des médecines douces, ça marche ?

Article par Marilyne Clarac , le 17/04/2009 à 09h17 , modifié le 29/01/2010 à 18h34 0 commentaire

Alternatives ou complémentaires de la médecine traditionnelle, les méthodes douces peuvent être utilisées chez l'enfant et même chez le nourrisson. Le point sur quelques-unes d'entre elles.

L'homéopathie pour soigner le mal par le mal

Le principe : présentés sous forme de granules, de solutions buvables ou en comprimés, les traitements homéopathiques permettent de soigner le mal par le mal. On appelle cela le principe de similitude. Il s'agit d'administrer un médicament à un malade capable de provoquer, à forte dose, les mêmes maux chez une personne saine. On emploie donc de très petites doses dites "infinitésimales" pour lutter contre de nombreux symptômes.
Pour qui ? L'homéopathie a la particularité de pouvoir être administrée à tout le monde, aux enfants ainsi qu'aux nourrissons.
Dans quels cas ? L'homéopathie peut s'utiliser dans des traitements de fond en complémentarité de l'allopathie (médecine conventionnelle) sur les allergies, le stress, les anxiétés à l'école, les insomnies. Elle est prescrite en prévention des infections récidivantes qui arrivent fréquemment à l'entrée de l'hiver. Elle soulage aussi les poussées dentaires, les coliques, la constipation, les rhumes, l'eczéma...
L'efficacité : On constate des résultats rapides chez les tout-petits sachant que l'homéopathie est facile à ingérer. Important : elle n'a aucune contre-indication. Ne vous lancez pas pour autant dans l'automédicamentation sans rien connaître, faites appel à un homéopathe.

Les huiles essentielles contre les infections

Le principe : L'aromathérapie utilise les huiles essentielles qui sont des concentrés actifs de végétaux à utiliser avec précaution. Bien dosées, elles ont des effets bénéfiques pour le physique et le psychique. Elles peuvent être diffusées dans l'atmosphère, respirées en déposant quelques gouttes sur un vêtement ou un oreiller, ou encore absorbées en les appliquant sur la peau du haut du thorax par exemple. On peut les diluer dans un peu d'huile d'olive pour les appliquer en massage, ce qui les rend moins irritantes.
Pour qui ? Aucune huile essentielle ne doit être conseillée à un enfant de moins de trois ans. Généralement elles sont utilisées vers l'âge de 5-7 ans mais certaines sont contre-indiquées aux moins de 10 ans (genévrier, cèdre de Virginie, curcuma).
Dans quels cas ? Les huiles essentielles ont des vertus très larges sur les infections virales (Lavandula Latifolia), bactériennes ou parasitaires. Elles sont utilisées aussi pour traiter l'anxiété ou rééquilibrer la digestion (Rosmarinus officinalis).
L'efficacité : Elles détruisent les germes, renforcent le système immunitaire de votre enfant et n'affaiblissent pas le corps. Pour les personnes sensibles, il est conseillé de tester une éventuelle réaction allergique sur une petite partie de la peau avant d'utiliser les produits.

Les plantes pour un traitement de fond

Le principe : l'art de se soigner par les plantes est aussi appelée la phytothérapie. Les végétaux se présentent en sachets d'infusion, en poudre, en gélules ou en teinture-mère (version alcoolisée).
Pour qui ? On peut utiliser les plantes chez les enfants, mais avec précaution, car les principes actifs sont, comme les huiles essentielles, très puissants de plus il s'agit de formes alcoolisées utilisées pour assurer la conservation des vertus. Vous pouvez leur donner le traitement dans un peu d'eau ou avec une cuillérée de miel.
Dans quels cas ? La phytothérapie est utilisée dans les cas d'infections ORL, d'insomnies (Passiflore), d'allergies, d'états anxieux... C'est un bon drainage de fond pour les problèmes de digestion notamment.
L'efficacité : Les plantes sont aussi efficaces que les huiles essentielles du fait de leur forte concentration. Elles peuvent aussi être prises en complément d'un traitement homéopathique. Dans tous les cas, faites appel à un professionnel.

L'ostéopathie pour corriger le placement du corps

Le principe : cette thérapie est fondée sur une manipulation réalisée par l'ostéopathe. Ce dernier rétablit la qualité des articulations, ligaments, muscles et tissus qui se situent autour des os. Il soigne les déplacements, les tensions, les déformations, les déséquilibres.
Pour qui ? On la conseille surtout aux nourrissons après les accouchements difficiles et aux jeunes enfants présentant des désordres de croissance.
Dans quels cas ? Les jeunes parents viennent souvent en consultation pour leur nouveau-né. Il a sûrement été comprimé pendant la grossesse et au moment de l'expulsion. L'ostéopathe vérifie la position du crâne, de la colonne vertébrale, du thorax, des hanches et va dénouer les différentes tensions. L'ostéopathie peut également résoudre certains soucis de sommeil ou de digestion. Car ces derniers peuvent être dus à une mauvaise posture de la colonne vertébrale. On pense aussi à l'ostéopathie en cas de coliques, de rhinopharyngites ou d'otites fréquentes.
L'efficacité : Cette médecine douce recherche d'où vient exactement la douleur et agit par manipulations douces. Elle prévient certains maux, en soigne d'autres. Elle est particulièrement efficace chez le bébé qui n'a pas encore les os du crâne soudés.
 
Merci au Docteur Luc Bodin, médecin, spécialiste des médecines douces et créateur du site www.medecin-demain.com

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience