• Maman
  • Enfants

Pour ou contre la fessée, telle est la question !

Article par Murielle GIORDAN , le 29/07/2009 à 16h00 , modifié le 29/01/2010 à 18h30 0 commentaire

Nous sommes loin de l'époque du martinet ! Mais la fessée, elle, reste encore bien présente dans l'éducation. Faut-il la bannir ?

Dans certains pays européens, la fessée n'est pas pratiquée. En Suède, elle a même été interdite en 1979. Même chose en Allemagne qui a interdit en 2000 la fessée, la tape et la gifle. En France, la fessée semble être encore d'actualité même si plusieurs médecins, psychologues ou encore avocats la soupçonnent de n'être d'aucune utilité. Beaucoup voient dans la fessée une violence relevant davantage du "dressage" que de l'éducation. Elle altérerait le développement de l'enfant. Certains vont même jusqu'à dire que la répétition de fessées augmenterait les chances de faire basculer l'enfant vers l'alcoolisme, la délinquance ou le mal-être pendant que des psychiatres jugent moins grave une petite tape donnée à l'enfant plutôt qu'une extrême violence verbale. Les avis sont donc mitigés. Toujours est-il qu'il semble difficile de limiter l'usage de la fessée, celle-ci étant souvent cantonnée à l'espace privé, à la sphère familiale.

La fessée mise a mal
La fessée est mal perçue parce qu'elle représente une forme de violence incontrôlable, réalisée sur le coup de la colère. Difficile ensuite de ne pas culpabiliser... Souvent, l'adulte a tendance à revenir vers l'enfant, comme pour s'excuser, ce qui peut déstabiliser l'enfant qui ne comprendra pas cette forme d'autorité. Si la fessée est répétée, elle pourra susciter à outrance la peur chez l'enfant, qui aura plus de mal à s'entreprendre et à s'affirmer.

Punir autrement
L'enfant s'inspire largement de ses parents. Si les fessées sont répétées, il y a un risque qu'il pense que cette forme de violence soit légitime et acceptée par tous. Il est possible que l'enfant se mette à donner une fessée à ses camarades en cas de dispute, de montée de colère contre quelqu'un. Comment lui expliquer que la violence n'est pas la solution pour régler les problèmes alors que vous utilisez vous-même cette forme de violence ?
D'autres méthodes existent. Faire preuve d'autorité ne signifie par forcément passer par la violence physique. Le dialogue reste le meilleur moyen de faire comprendre à l'enfant ses torts et à le faire aller vers l'autonomie. Une éducation sans gifle ni fessée n'est donc pas impossible. "Un enfant en bas âge qui fait une bêtise ne la fait pas pour ennuyer directement les parents. Les enfants de moins de 6 ans n'ont pas conscience du respect des règles. Donner une fessée pourrait paraître inutile." explique Catherine S, psychothérapeute. Reste à faire la différence entre la tape éducative (une petite tape sur les fesses si l'enfant a fait la sourde oreille après les multiples avertissements des parents) et une tape violente, humiliante, ou un autre forme de violence (tirage de cheveux, gifles...). 
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience