• Maman
  • Enfants

Papa à plus de 40 ans, qu'est-ce que ça change ?

Article par Candice LUCAS , le 28/06/2012 à 16h30 0 commentaire

Si on sait que la conception puis la grossesse d'une fure maman sont de plus en plus difficiles avec l'âge, qu'en est-il de la paternité ? Etre papa à 20 ou 40 ans passés, est-ce si différent ?

Allongement des études, carrière à construire, quête d'identité et errements professionnels, difficulté de rencontrer la future mère de ses enfants ou encore reconstitution d'une famille après un divorce : chaque homme a ses raisons pour décider de faire un bébé après 40 ans. Choix muri ou circonstance de la vie, la paternité est dans tous les cas un bouleversement dans la vie du futur papa, qu'il soit âgé de 20 ou 40 ans. Mais lorsque l'heureux évènement se conçoit plus tard, l'appréhension et la gestion des difficultés se déroulent sous un angle différent.

Après 40 ans, le futur papa est plus mature
Il est posé, sait ce qu'il veut et ne se cherche plus en tant qu'homme. Les hommes sont généralement matures plus tard que les femmes et passé 40 ans, ils abordent la vie sereinement, avec un certain recul sur les évènements vécus. Le futur papa a muri son choix, c'est cette période qu'il a choisie pour devenir père : il a profité de son existence, a pu assouvir son désir de voyage et s'est réalisé à travers son travail. Son couple est établi, il est plus disponible, il n'éprouve pas le besoin de sortir avec ses amis tous les soirs.  

Pour les hommes déjà papas, un deuxième ou troisième enfant à 40 ans peut être le résultat de la formation d'une nouvelle famille, en général après un divorce. Le futur papa sait alors déjà ce qu'implique la venue d'un bébé dans la vie d'un homme et au sein de son couple : il a l'expérience de ses précédentes paternités et l'assurance de faire face à ce chamboulement. C'est le bébé de la maturité, un renouveau, une seconde vie.

Un papa avant tout
Mais devenir papa est une étape importante et bouleversante dans la vie d'un homme, quel que soit son âge. Comment gérer les pleurs ? Vais-je savoir m'occuper de mon bébé ? Serai-je un bon père ? Les angoisses d'un homme de 40 ans peuvent être les mêmes que celles d'un jeune papa, qui plus est s'il fait l'expérience de la paternité pour la première fois. Il faut apprendre à vivre à trois, combler les besoins et les attentes d'un tout-petit qui ne peut les satisfaire par lui-même, endosser ses responsabilités. Si on est a priori moins patient et qu'on supporte moins de choses à 40 ans qu'à 20 ans, notamment vis-à-vis des pleurs d'un bébé, en fonction de chacun, être père peut être angoissant ou merveilleux... voire souvent les deux à la fois ! En revanche, d'autres questions peuvent émerger, qu'un futur papa de 20 ans ne se posera pas : que vont dire mes amis ? Comment serai-je perçu par la société ? Comment être considéré en tant que papa quand les hommes de mon âge sont « grands »-papas ? Même si de plus en plus de personnes assument leur paternité tardivement, le regard de la société est susceptible d'être pesant pour le parent.

Un bébé choyé... qui vivrait plus longtemps !
Lorsqu'un bébé arrive après 40 ans, les parents ont vécu déjà beaucoup de choses sur le plan personnel mais ils ont aussi affronté la grossesse et ses difficultés qui peuvent survenir avec l'âge. Premier bébé ou dernier né d'une fratrie, c'est souvent le dernier arrivé de la famille et sa naissance est vécue comme une chance et un aboutissement. Ces bébés sont des enfants investis, choyés, ils représentent l'accomplissement de la vie d'un homme. 

Et pour déculpabiliser les futurs papas quadras, sachez qu'une étude* américaine publiée le 11 juin dernier dans la revue PNAS (Annales de l'académie des sciences américaines) révèle que naître d'un père plus âgé pourrait accroitre la longévité : les pères plus âgés transmettraient à leurs enfants des chromosomes davantage préservés à leurs extrémités (les télomères), un facteur de protection vis-à-vis du vieillissement.

* Delayed paternal age of reproduction in humans is associated with longer telomeres across two generations of descendants. Eisenberg DT, Hayes MG, Kuzawa CW, PNAS, juin 2012. http://www.pnas.org/content/early/2012/06/05/1202092109.long

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience