• Maman
  • Enfants

Nous sommes les enfants de la télé

Article par , le 10/03/2011 à 17h10 , modifié le 10/03/2011 à 19h58 0 commentaire

Installée dans tous les foyers... enfin pratiquement, la télévision est une chance d'ouverture sur le monde et une source d'information et de divertissement. Mais elle peut être aussi un objet dangereux surtout pour les plus jeunes.

Le téléviseur est omniprésent... dans le salon, la cuisine et les chambres. Certes, il n'y a quasiment plus de disputes. L'enfant peut regarder son émission de téléréalité, la maman peut se prélasser devant son film préféré et le papa peut regarder son match de football... Tout le monde est tranquille.

Mais il y a des avantages mais aussi des inconvénients. La preuve...

En 2009, les 4-10 ans sont plus accros à la télévision que les 11-14 ans : 2h12 contre 2h09. Leur consommation a progressé de sept minutes depuis 2000. En revanche, la consommation des 11-14 ans a diminué de douze minutes. Le temps passé devant la télévision pour les 4-10 ans abonnés à une offre élargie (chaînes thématiques payantes, chaînes régionales ou encore étrangères...) est même en hausse : 2h29 en 2008. Par rapport aux enfants qui accèdent à une offre restreinte, c'est seize minutes de plus. (Source : Médiamat-Médiamétrie).

L'influence de la télévision sur les enfants comporte plusieurs facteurs : la durée passée devant le téléviseur, leur âge, leur personnalité, le fait de regarder la télévision seul ou accompagné et les discussions sur le contenu regardé. 

A partir de quel âge un enfant peut-il regarder la télévision ?

En règle générale, la télévision n'est pas adaptée aux enfants de moins de trois ans. L'exposition passive peut entraver son développement. Malgré lui, l'enfant va être sollicité et stimulé par un flot d'images et de sons qui pourra le rendre passif, retarder son langage, l'agiter ou lui procurer des troubles du sommeil et de concentration.

Dès trois ans, l'enfant peut regarder des émissions éducatives avec bien entendu l'accord de papa et de maman. Il faut adopter la durée et le mode de consommation de la télévision puis choisir le type de programmes et les horaires. Avant quatre ans, il est préférable qu'il ne passe pas plus de trente minutes devant la télévision. Le temps libre des enfants en bas âge doit être consacré à jouer, lire, explorer la nature, apprendre la musique ou encore pratiquer un sport.

Entre 3 et 6 ans, les sessions de visionnage doivent être courtes... moins de dix minutes. La famille doit sélectionner les programmes proposés à l'enfant. C'est à cet âge qu'il va construire sa sensibilité et certaines images peuvent avoir un impact sur l'enfant : angoisses, cauchemars, refus d'aller au lit... Le temps passé devant l'écran de télévision ne doit pas excéder une heure. 

Entre 6 et 10 ans, les enfants commencent à faire le lien entre le réel et l'irréel. En règle générale, ils sont capables d'analyser, de commenter, de comprendre et d'imiter. Il est nécessaire de lui expliquer qu'il ne doit pas reproduire certains gestes vus par exemple dans certains films...

Entre 10 et 12 ans, les enfants veulent accéder de manière autonome aux images. Le choix des programmes devient plus diversifier. Ils veulent toujours regarder des programmes destinés à la jeunesse mais aussi ceux qui sont par exemple déconseillés au moins de 10 ans. Les parents doivent l'accompagner dans le choix de ces programmes. Au début de l'adolescence, il peut être attiré par certains contenus violents. Le dialogue et l'écoute sont importants. 

Qu'elle soit verbale, physique, psychologique ou encore sexuelle, la violence retranscrite à travers des images peuvent entraîner sur certains mineurs du stress, de la colère, de la honte, de l'anxiété, des problèmes pour s'endormir... Les parents doivent garder un oeil sur les programmes. Plusieurs études montrent que les programmes dits violents augmentent les comportements agressifs, peuvent rendre insensibles à la violence et à la souffrance des victimes, peuvent accroître la peur et le sentiment de vivre sous une menace constante.

Entre 15 et 24, ils regardent la télévision en différé, sur d'autres écrans que celui du poste traditionnel, et hors domicile, près d'un jeune sur quatre conciliant ces trois pratiques, selon une étude publiée jeudi (10 mars) par Médiamétrie. L'ordinateur fixe ou portable est le deuxième écran. Un jeune sur trois entre 15 et 24 ans regarde la TV sur ordinateur fixe ou portable. Le développement de l'équipement favorise ces nouvelles façons de regarder la télévision. 1,2 million de personnes enregistrent occasionnellement des programmes. La catch-up TV (télévision de rattrapage quand on a manqué un programme) poursuit sa progression : les jeunes sont près de 4 millions à y avoir recours.

Une famille doit connaître l'importance de la signalétique jeunesse. Elle correspond aux signaux -10, -12, -16 et - 18 et à la mention "déconseillé aux moins de..." ou "Interdit aux moins de..." et savoir qu'il existe un dispositif de verrouillage automatique pour les programmes déconseillés aux - de 18 ans.
Quel que soit son âge, il faut éviter d'allumer la télévision durant les moments de partage (fête familiale, repas...)

Et la télévision dans la chambre ? 

L'installation d'une télévision dans la chambre d'un enfant doit être proscrite pour deux raisons : il risque de perdre contact avec la vie familiale et vous ne pourrez pas surveiller les programmes. Le chiffre des enfants ayant une télévision dans leur chambre est pourtant en constante augmentation. La télévision peut aussi devenir une source de conflit... Et pourquoi ? Des études affirment que les enfants, qui possèdent une télévision dans leur chambre, obtenaient des résultats scolaires inférieurs car ils dorment moins.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience