• Maman
  • Enfants

Mort subite du nourrisson : le co-dodo mis en cause

Article par , le 21/05/2013 à 13h52 , modifié le 21/05/2013 à 14h21 0 commentaire

Le co-dodo qui consiste à faire dormir un bébé dans le lit de ses parents, multiplierait par cinq le risque de mort subite du nourrisson selon une étude publiée dans la revue British Medical Journal Open.

On en parle depuis plusieurs années, mais la tendance est de plus en plus décriée. Le co-dodo (ou co-slepping), cette pratique qui consiste à dormir avec son nouveau-né a de nouveau du plomb dans l'aile après la parution mardi d'une étude publiée sur le site de la revue British Medical Journal (BMJ) qui conclut que les bébés de moins de trois mois qui dorment dans le lit de leurs parents auraient un risque multiplié par cinq de mourir des suites du syndrome de la mort subite du nourrisson.

Les auteurs de cette étude se sont basés sur les données rasemblées par le Pr Bob carpenter, de la London School of Hygiene ans Tropical Medecine et fournies par cinq études publiées en Europe, en Australie et en Asie portant sur plus de 1400 cas de morts subites du nourrisson. Selon l'étude publiée dans la version online du British Medical Journal, 22 % des décès recensés sont survenus alors que les bébés dormaient avec leurs parents. En outre, les auteurs de l'étude ont estimé que 88 % de ces morts subites du nourrisson n'auraient "probablement" pas eu lieu si les enfants avaient été couchés dans leur berceau.

Alors que la pratique du co-dodo fait encore débat, certains pays comme les Etats-Unis ou les Pays-Bas la déconseillent fortement jusqu'à l'âge du 3 mois, alors que l'Australie et le Royau-Uni ont, eux, préconisé aux parents fumeurs ou à ceux qui ont pris de la drogue ou de l'alcool, de ne pas dormir avec leur bébé. Face à ces mises en garde, l'étude publiée par le British Medical Journal enfonce à nouveau le clou en précisant que même lorsque les parents sont non fumeurs, ou sous l'emprise d'aucune substance (drogue, alcool) que ce soit, le risque de mort subite du nourrisson est cinq fois supérieur chez les bébés de moins de trois mois s'ils dorment dans le lit de leurs parents plutôt que dans leur berceau.

D'une manière générale, le nombre de morts subites du nourrisson a fortement décliné depuis les campagnes de prévention aux parents pour coucher son bébé plutôt sur le dos, mais l'Institut de la veille sanitaire dénombre encore environ 250 morts subites du nourrisson par an.

 

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience