• Maman
  • Enfants

Mon enfant pleure avant d'aller à l'école : que faire ?

Article par Marie PRAET , le 16/08/2010 à 12h05 , modifié le 16/08/2010 à 12h19 0 commentaire

Des larmes ! Il est l'heure de dire au revoir à sa maman, l'heure d'aller à l'école, et votre bout de chou est en pleurs. C'est une situation relativement courante mais qui n'en est pas moins angoissante, pour la maman autant que pour son enfant. Pourquoi ? Que faire ? Que dire ?

Tout va bien ce matin. Petit déjeuner pris sans encombres, même les yeux dans le brouillard, et vêtements enfilés sans caprices. Mais au moment fatidique, votre enfant fond en larmes. Là, devant l'école, alors que vous êtes sur le point de partir travailler, c'est pour lui l'heure du gros gros chagrin.
L'enfant pleure et refuse que vous le quittiez. Il veut rester avec vous. Et chaque matin, c'est la même déchirure pour lui, et pour la maman que vous êtes.
 
Si la situation est récurrente, il est conseillé tout d'abord d'essayer d'en discuter avec l'enfant, au calme. Il y a peut-être quelque chose qu'il n'arrive pas à exprimer et qui l'angoisse. Être sans sa maman ? Ou être avec d'autres enfants ? Être en dehors du cocon familial ?
Dans les premières années d'école, il n'est pas rare que les bambins soient assez solitaires. C'est là leur toute première expérience de vie en société, et c'est un grand pas. Il doivent trouver leur place par rapport aux autres, se situer dans un groupe social qui est leur classe, eux qui ont l'habitude d'être l'objet de l'attention entière de leur maman chérie.
 
Parlez-lui. Si vous avez l'impression que votre enfant n'ose pas aborder le sujet, ou ne sache pas l'exprimer (il se peut que l'angoisse soit telle qu'il n'ose pas se confier sur ce qui le tracasse), n'hésitez pas à en parler à la maîtresse. Son observation quotidienne de nos têtes blondes est évidement indispensable à leur bien-être, et à rassurer les mamans inquiètes. Il se peut qu'il se soit fait gronder par la maîtresse, par exemple, et qu'il ait mal vécu l'expérience. N'hésitez pas à lui poser la question. Si c'est le cas, il ressent peut-être de la gêne ou de la honte à en parler...
 
Il arrive également que l'enfant se sente en danger vis-a-vis de ses camarades. Les enfants sont cruels entre eux, et il se peut qu'un autre bambin l'ait contrarié, frappé ou lui ait tout simplement mal parlé. Il est du recours de la maîtresse à ce moment-là d'observer les rapports que les enfants entretiennent les uns avec les autres. Elle sera à même de calmer les tensions et/ou l'animosité qui règnent.
 
Si la maîtresse de votre enfant vous confirme qu'il a des copains et qu'il suit convenablement les activités de groupe et l'enseignement, et que malgré cela l'enfant est constamment chagriné lorsqu'il s'agit de quitter sa maman avant d'aller à l'école, assurez-vous qu'il ait bien compris ce que vous faisiez durant la journée.
Pour eux, le "travail des adultes" peut s'avérer très abstrait, et ils ont parfois du mal à accepter que leur mère soit ailleurs qu'avec eux pour la journée entière.
 
N'hésitez pas à lui faire comprendre que vous ne restez pas à la maison (si toutefois vous êtes appelée à être en dehors de votre domicile familial pour travailler). Souvent, l'enfant en pleurs devant l'école ne désire qu'une chose: rester à la maison avec maman. Expliquez-lui donc bien que (si c'est le cas) vous n'allez pas être à la maison, tout comme lui. Le fait que sa maman soit au sein de l'habitation familiale, sans lui, peut être source d'inquiétude pour le bout de chou. N'hésitez pas non plus à lui expliquer géographiquement où vous travailler. Même si sa perception de l'espace et de la géographie est très différente de celle des adultes, l'enfant se sentira très certainement rassuré de voir que sa maman prend le temps d'essayer de lui montrer où elle va tous les jours. Pourquoi ne pas lui montrer une carte de transports en commun (si c'est le cas pour vous), ou une carte routière, si vous vous rendez au travail en voiture... ? C'est plein de couleurs, et même s'il ne se rendra pas compte de la réelle distance ou du lieu précis que vous lui indiquerez, il se sentira impliqué et pourra avoir sa  propre image mentale de l'endroit où vous vous rendez tous les jours.
 
Pour celles qui restent à la maison dans la journée, rassurez votre enfant sur ce qu'il va faire ce jour, et sur l'endroit où vous le laissez. Expliquez-lui qu'à l'école il va apprendre des tas de choses, et qu'il va se faire des amis de son âge. Il est probable que l'école soit pour votre bambin synonyme d'un endroit hostile parce que pas encore tout à fait exploré. L'inconnu est bien entendu source d'inquiétude pour lui. Entrer dans les détails n'est pas une mauvaise idée. Il aura ainsi l'impression presque de savoir ce qui l'attend et pourra se détendre. Une fois qu'il se sentira en confiance, il appréciera les activités effectuées avec ses camarades.
 
Il se peut que votre enfant pleure tous les matins et que malgré tous les conseils qu'on vous donne vous sentiez que quelque chose ne tourne pas rond. Sans s'y précipiter, parce qu'il est souvent finalement question de patience, l'aide d'un psychologue peut éventuellement apaiser les craintes de l'enfant... et les vôtres.
 
Et surtout, surtout, essayez de ne pas montrer que vous êtes la maman la plus angoissée de la planète! S'il sent votre angoisse, votre enfant n'en sera pas moins stressé... Il doit sentir en vous et en ce que vous dites une confiance et un calme qui seront très certainement les clés pour sortir de ce rituel de chagrin matinal. Ne perdez pas patience. Chaque enfant répond à un rythme qui lui est propre, et il se peut que les pleurs matinaux vous paraissent être sans fin. Le petit ange va grandir, (et comme ils grandissent vite!) et petit à petit, à force de l'avoir rassuré (vous, la maîtresse et le papa, aussi!) il prendra l'habitude de se rendre tous les matins à l'école.
Et, c'est promis, il finira pas aimer ça!
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience