• Maman
  • Enfants

Mon enfant a peur du noir : 6 conseils pour l'aider

Article par Caroline CROS , le 04/04/2013 à 16h00 , modifié le 04/04/2013 à 19h15 0 commentaire

Lorsqu'un enfant a peur du noir, le coucher devient le théâtre de toutes les imaginations : une sorcière cachée dans le placard, un méchant loup sous le lit, un dragon derrière les rideaux ... Toutes les raisons sont bonnes pour retarder le moment ou vous éteindrez la lumière de sa chambre. D'où vient cette peur et que cache-t-elle ?

Pourquoi mon enfant a peur du noir ?
La peur du noir est dans la plupart des cas une manière pour l'enfant d'exprimer d'autres angoisses. Il s'agit généralement d'une phobie du coucher, caractérisée par l'angoisse pour l'enfant d'être séparé de ses parents. Le noir devient donc synonyme de séparation. D'après le Docteur Michaël Larrar, Pédopsychiatre «Fondamentalement ce n'est pas le noir qui fait peur aux enfants dans la peur du noir, c'est un petit tour que leur joue leur inconscient qui lui est affublé d'angoisses plus profondes, alors il prend le noir comme coupable.»

Si vous observez bien, votre enfant se plaint de l'obscurité uniquement au moment du coucher. Or, au quotidien, il est confronté au noir sans pour autant s'en plaindre : salle de cinéma, trajet en voiture de nuit, la couleur noir, sieste à l'école ou chez la nounou ...Tous ces enfants qui ont peur du noir acceptent généralement de s'endormir une fois qu'ils sont dans le lit de leurs parents. Il y a également un autre élément qui tend à disculper le noir : Les enfants préfèrent la porte entre-ouverte à la veilleuse. Ils ne privilégient donc pas la source lumineuse mais plutôt la proximité avec les parents.

Mais pourquoi ce petit tour de l'inconscient ? Explication du Docteur Michaël Larrar : «Entre 2 et 6 ans, l'enfant est dans une phase où il structure sa personnalité, il a besoin de se sentir capable, de se sentir autonome, et capable d'être seul. C'est plus gratifiant pour lui de se dire qu'il a peur uniquement du noir et qu'il peut rester seul sans papa et maman».

Que puis-je faire pour apaiser cette peur ?
- Prendre le temps de coucher votre enfant

Au moment du coucher, montrez à votre enfant que vous allez prendre du temps pour lui. L'heure du coucher signifie pour lui qu'il va devoir se séparer de vous et c'est bien là tout le problème. Restez un petit peu avec lui pour discuter de la journée que vous venez de passer et de ce que vous allez faire demain afin de le rassurer. «Parler de demain signifie que demain nous serons toujours ensemble» indique le Docteur Michaël Larrar.

- Prendre sa peur au sérieux
Votre enfant ne simule pas, bien que cette peur cache généralement d'autres angoisses, sa peur du noir est réelle pour lui. Pour lui montrer que vous prenez cette peur au sérieux vous pouvez lui raconter votre propre expérience lui dire que vous même aviez peur du noir ou encore lui raconter des histoires à ce sujet.

- Ritualiser le coucher (discussions, histoire ...)
Comme pour les nouveau-nés, il est essentiel d'apporter à votre enfant un rituel du coucher. Le moment venu, il ne sera plus centré sur sa peur du noir mais plutôt sur l'histoire que vous allez lui raconter ou le petit moment qu'il va passer à vos côtés.

- Mettre une petit veilleuse
Vous pouvez lui mettre une petite veilleuse dans sa chambre avec l'interrupteur à portée de main afin de lui montrer qu'il peut contrôler la situtation et allumer sa veilleuse en cas d'angoisse.

- Lui montrer qu'il est en sécurité
Avant le coucher, explorez avec lui placards, tiroirs, dessous de lit et autres rangements afin de lui montrer qu'il n'y a pas de vilaine sorcière ni de monstres cachés dans sa chambre. Vous lui prouverez ainsi que rien ne peut venir perturber son sommeil et qu'il peut dormir tranquille.

Que faire si malgré tout, sa peur du noir paralyse la vie de famille ?
Lorsque la peur du noir est associée à des insomnies, des terreurs nocturnes ou des cauchemars à répétition, au point que la vie de famille soit perturbée, il s'agit sans aucun doutes d'angoisses plus profondes. Dans ce cas, n'hésitez pas à en parler à votre pédiatre ou votre médecin traitant, afin de déterminer les causes de cette peur et de trouver des solutions plus adaptées.

Quelques petites histoires à raconter :
La nuit le noir, de Catherine Dolto - Gallimard jeunesse - Dès 3 ans
Petit Ours Brun a peur du noir, de Marie Aubinais et Danièle Bour - Bayard jeunesse - Dès 3 ans
Quand j'avais peur du noir, Mireille d'Allancé - Ecole des Loisirs - Dès 3 ans

Pour vous accompagner : le site du Docteur Michaël Larrar : www.psycatrices.com

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience