• Maman
  • Enfants

Mon enfant a peur de s'endormir, que faire ?

Article par Julie Lemière , le 04/08/2011 à 11h07 0 commentaire

Chaque soir, c'est la même rengaine. Plus l'heure du coucher approche, plus votre enfant devient angoissé. Cela fait plusieurs mois que cela dure : il a peur de dormir. Comment gérer ce problème ? Faut-il consulter ? Témoignage.

Une fois la lumière éteinte, c'est à peine si vous avez  le temps de vous affaler sur le canapé pour voir le début du film, que déjà des sanglots résonnent jusqu'à vos oreilles suivis d'un implorant : "mamannnnnn... !". Votre enfant a peur de s'endormir. Lui, qui petit, allait au lit sans rechigner et s'endormait rapidement à soudainement développé cette phobie du noir et de l'isolement.

Bébé, il est normal que votre enfant n'appréhende pas d'être plongé dans le noir puisque ça se passe comme cela depuis sa naissance, il est donc habitué. Sauf qu'en grandissant et en commençant l'école, votre chérubin se développe et comprend davantage de choses. Il est possible que certaines angoisses apparaissent vers l'âge de trois ans.

Elles peuvent durer plusieurs mois, il faudra donc prendre votre mal en patience et trouver le moyen de le rassurer. Si vers l'entrée en primaire (6-7 ans) ces problèmes persistent c'est qu'il y a une vraie anxiété. Consultez alors votre médecin qui vous orientera probablement vers un pédopsychiatre.

Témoignage de Vanessa, maman de Salomé, 8 ans

Comment se caractérisaient les peurs de votre enfant ?

C'était insupportable. Tous les soirs, dès qu'elle rentrait de l'école vers 17h, elle me disait déjà qu'elle avait peur d'aller dormir. Une fois l'heure venue, elle trouvait 100 excuses pour retarder l'heure du coucher : réviser une leçon, vouloir aller aux toilettes 5 fois de suite... et elle me demandait ensuite d'ouvrir la lumière du couloir et de laisser la porte ouverte. Mais au bout d'un moment cela ne lui suffisait plus, il fallait en plus laisser la porte du salon entrebâillée afin qu'elle nous entende discuter. Si nous avions le malheur de fermer cette porte, elle débarquait en quelques secondes les larmes aux yeux.

Votre enfant souffrait-elle de cette situation ?

Oui, car dès qu'une copine l'invitait à dormir, aux alentours de minuit, la maman m'appelait pour que j'aille la rechercher car ma fille pleurait et voulait me retrouver. Même si c'était sa volonté, elle était très triste de quitter ses amies.

Comment avez-vous géré cela ?

Nous avons pris rendez-vous avez un pédopsychiatre. Grâce à lui, elle a réussi à mettre des mots sur ses angoisses, ce qui nous a permis de mieux les gérer. En fait, un de ses camarades avait raconté à l'école une légende urbaine dans laquelle des enfants se faisaient enlever le soir. Cela suffi à créer chez mon enfant une vraie phobie de la nuit. En comprenant cela, nous avons pu avancer.

Comment cela se passe t-il aujourd'hui ?

Ma fille appréhende toujours un peu le coucher, mais beaucoup moins qu'avant. La lumière grande ouverte du couloir a été remplacée par une petite veilleuse et elle ne se lève plus la nuit en pleurant.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience