Mieux comprendre les terreurs nocturnes

Article par Saliha HADJ-DJILANI , le 22/10/2013 à 10h58 , modifié le 22/10/2013 à 14h44 0 commentaire

Beaucoup d'enfants ont des terreurs nocturnes qui se manifestent par des moments de forts panique au milieu de la nuit. Plurielles.fr vous explique comment les reconnaître et y remédier.

Ne confondez pas terreurs nocturnes et cauchemars

Coeur qui bat fort, cris, pleurs, sueurs... Voilà comment à quoi ressemblent généralement les terreurs nocturnes chez l'enfant. Semblables à des crises de panique, elles sont assez impressionnantes et  touchent les enfants  entre trois et six ans, en  début de nuit, dans les trois premières heures après le coucher. Elles se produisent quand l'enfant commence à dormir profondément et va passer en phase de sommeil dite "paradoxale", celle où l'on commence à rêver.  C'est au moment de cette transition que surviennent les terreurs nocturnes. L'enfant se met alors dans tous ses états alors même qu'il continue de dormir. Il n'aura aucun souvenir le lendemain de ces terreurs tandis que les cauchemars en laissent avec leur cortège de sorcières et de grands méchants loups. Enfin, le cauchemar se produit en fin de nuit contrairement aux terreurs nocturnes qui surviennent en début de nuit.

 

Comment y remédier ?

Inutile de paniquer à votre tour. L'enfant va se calmer de lui-même. Vous ne pouvez rien faire. Ne le réveillez surtout pas car cela le mettrait dans un état de stress encore plus important. Ces terreurs peuvent être dues à un manque de sommeil à une période où l'enfant en pleine évolution, par conséquent le fait de le coucher plus tôt que d'habitude peut donc faire disparaître ces paniques nocturnes.

 

Quand faut-il s'alarmer ?

Les terreurs nocturnes s'arrêtent normalement vers six ou sept ans. Cependant, si le phénomène s'installe après cet âge, il vaut mieux consulter un médecin. 


 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience