• Maman
  • Enfants

Les vacances d'été bientôt plus courtes ?

Article par , le 31/05/2011 à 12h30 , modifié le 31/05/2011 à 13h46 5 commentaires

Le retour de la semaine à quatre jours et demi et le raccourcissement des vacances d'été... Où en est la réflexion sur l'amélioration du rythme scolaire dans le but de l'adapter à l'enfant ?

La réforme des rythmes scolaires pour bannir la semaine de quatre jours en primaire prend forme mais le raccourcissement des vacances d'été fait encore couler beaucoup d'encre chez les élèves, les professeurs, les parents ou encore le secteur du tourisme. Le dernier mot devrait revenir fin juin au ministre Luc Chatel.

Les experts désignés pour travailler sur les rythmes scolaires pourraient en effet s'accorder pour proposer une semaine d'au moins neuf demi-journées en primaire. En ce qui concerne la décision de faire classe mercredi matin ou samedi matin, elle devrait être prise au niveau local. Il y aurait au maximum cinq heures de classe par jour en primaire, en sixième et en cinquième puis six heures en quatrième et troisième. La pause déjeuner durerait au moins une heure et demie. Chaque jour, l'accompagnement éducatif de deux heures serait obligatoire... Ainsi les écoliers n'auraient plus de devoirs à faire à la maison.

L'actuel rythme pas adapté au rythme de l'enfant !

Ces nouvelles propositions sont autant de réponses aux défauts de la réforme de l'ancien ministre de l'Education nationale Xavier Darcos de 2008 qui, en supprimant le samedi matin, avait conduit les écoliers français à avoir les horaires quotidiens les plus lourds d'Europe, sur le plus petit nombre de journées. Cette réforme n'avait pas pris en compte les deux heures hebdomadaires d'"aide personnalisée", conçues pour les élèves les plus faibles qui ont de ce fait les journées les plus lourdes, avec le soutien souvent sur l'heure du déjeuner.

Et les vacances d'été seront-elles raccourcies ?

Le comité de pilotage pourrait proposer d'allonger l'année  scolaire de deux semaines. Et comment ? Les vacances d'été seraient raccourcies de deux semaines. Les vacances de la Toussaint seraient allongées à deux semaines. Ce n'est pas tout ! Les vacances de printemps seraient réduites à dix jours. Le pont de l'Ascension serait donné à tous... A ce stade, il n'y a pas de décision arrêtée et le comité doit encore se réunir avant de remettre son rapport le 30 juin.

Selon le professeur de psychologie François Testu, passer à neuf demi-journées en primaire et allonger la Toussaint sont "les idées les plus consensuelles" alors que "les grands points d'interrogation" sont le raccourcissement des vacances d'été et leur éventuel découpage par zones.

Vacances d'été : la France coupée en deux ?

Le secteur du tourisme pâtirait de la réduction des vacances scolaires. Six semaines de  vacances au lieu de huit, économiquement, ça n'est pas viable. La solution avancée pour résoudre le problème est le zonage qui existe déjà pour les autres vacances. La France serait ainsi coupée en deux. Exemple : la moitié des Français partiraient du 15 juin au 31 juillet et l'autre moitié serait en vacances du 15 juillet au 30 août.

Le "zonage" pas vu d'un bon oeil

Si le "zonage" d'été plaît au secteur du tourisme et rendrait les vacances accessibles à un plus grand nombre, il poserait des inconvénients aux familles recomposées dans des zones différentes, pour la tenue des examens nationaux, et pourrait favoriser l'absentéisme de début juillet ou fin août.
Le zonage... une proposition qui est loin de convaincre les enfants, certains parents notamment divorcés mais surtout les professeurs. Selon ces derniers, le zonage sonnerait la fin du bac national. Il faudrait par exemple passer le bac en contrôle continue. Par ailleurs le calendrier des inscriptions dans l'enseignement supérieur serait bouleversé.

Un changement qui laisse sceptique !

Entre cinq heures de cours et deux heures de devoirs, les enfants resteront de 8h30 à 17h00 à l'école, même si ce n'est pas en classe. Entre cette journée allongée, une semaine allongée et des vacances d'été raccourcies, il faudra faire les comptes sur ce que ça allège réellement pour les gamins" a confié un membre du comité.
"J'attends d'en savoir un peu plus, mais à ce stade je n'y vois pas un grand projet sur le temps de l'enfant" a réagi Christian Chevalier, qui dirige le SE-Unsa, deuxième syndicat du primaire, car "on allonge de fait la journée, même si ce n'est pas en classe, et on ne parle pas des programmes".
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience