Les bienfaits de l'orthophonie : le rôle des parents dans cette rééducation

Article par Clémence ORCEL , le 27/04/2010 à 18h34 , modifié le 27/04/2010 à 20h48 0 commentaire

Pas toujours évident de savoir quand et comment réagir face aux difficultés de langage de vos enfants... Margot Roux, orthophoniste à Lyon, vous explique la marche à suivre.

Ne pas s'alarmer inutilement
"A partir du moment où l'on sent que le décalage entre son enfant et les autres est conséquent, il est conseillé de faire appel à un orthophoniste. Mais ce n'est pas une raison pour paniquer au moindre doute ! Par exemple, si votre enfant ne parle que par mot isolé en pointant du doigt à deux ans et demi, il faut se dire qu'il n'est pas le seul, qu'il faut lui laisser le temps d'évoluer (en restant vigilant). Evidemment, si la situation reste la même en moyenne section de maternelle, il faut commencer à s'inquiéter.

L'heure du bilan
De manière générale, c'est l'instituteur ou le médecin, lors de la visite médicale, qui repère des difficultés et propose un bilan orthophonique. Mais si le parent est inquiet, il peut prendre l'initiative de contacter lui-même un orthophoniste. Il n'est pas rare que les parents sentent des choses que les personnes plus extérieures ne voient pas. Et même si le bilan montre un niveau tout à fait correct, le parent sera rassuré sur les compétences de son enfant, ce qui est une très bonne chose.

A la question "Y a-t-il un âge limite pour prendre en charge un enfant ?", je répondrais que non. Un orthophoniste suivra, par exemple, un enfant souffrant d'autisme ou de trisomie dès le plus jeune âge. Dans certains cas, s'y prendre très tôt ne peut être que bénéfique.

Parents et orthophoniste : une confiance mutuelle
Finalement, en ce qui concerne les parents, ils ne doivent pas hésiter à poser des questions au thérapeute pour comprendre les différentes étapes de la rééducation. Ils doivent aussi montrer à l'enfant que sa progression les intéresse et qu'ils le suivent de près (sans remettre en question la compétence de l'orthophoniste). Une relation de confiance doit donc aussi s'instaurer entre parents et thérapeute."

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience