Les ados et l'alcool : les conséquences de la "biture express"

Article par Caroline Rabourdin , le 08/03/2010 à 10h59 , modifié le 08/03/2010 à 11h15 0 commentaire

Le binge drinking consiste à boire en un temps record le maximum de verres pour trouver l'ivresse le plus rapidement possible. Mais ce nouveau mode de consommation n'est pas sans poser de problèmes sur la santé publique.

Les rubriques faits divers des journaux relatent régulièrement des jeunes arrivant dans le service des urgences pédiatriques en état d'ébriété. En novembre dernier, une adolescente de 15 ans est tombée dans un coma éthylique avec plus de 3 grammes d'alcool par litre de sang. Une heure lui a suffit pour trouver l'ivresse. 

Ces "bitures express" se déroulent souvent très rapidement et à l'abri des regards indiscrets, notamment des adultes.

Outre les verres de vin et les cannettes de bière à répétition, le problème vient surtout des mélanges d'alcool, aussi appelés "prémix", qui contiennent alcool fort et boisson non alcoolisée. Si l'adolescent ne sent pas le goût du whisky ou de la vodka, l'apéritif lui est pourtant bien présent.

Mais cette hyperalcoolisation ravage la santé des adolescents. D'abord le foie, notamment parce qu'à 16 ans cet organe n'est toujours pas mature, mais aussi le cerveau. Au Royaume-Uni et en Irlande, le binge drinking est devenu un problème de santé publique. En effet, la consommation excessive d'alcool entraîne des conséquences tant pour le jeune que pour les autres : accidents de la route, violences, rapports sexuels non protégés, comas éthyliques et bien sûr alcoolisme.

Pour enrayer ce phénomène en France, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot a lancé en 2008 un spot publicitaire pour sensibiliser les jeunes aux méfaits de l'alcool et plus particulièrement de ce mode de consommation. En 2009, la mairie de Paris a pris le relais en lançant une campagne d'information.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience