• Maman
  • Enfants

Les 6 petites phrases à éviter devant son enfant

Article par Caroline CROS , le 02/09/2013 à 10h40 0 commentaire

Il y a des petites phrases qui blessent. L'attitude et les mots des parents sont des clés essentielles pour donner à nos enfants une image positive d'eux-même. Petit tour d'horizon des petites phrases à éviter devant les enfants !

Tu es paresseux, tu es méchant, tu es un vrai cochon...
Prononcées au quotidien, les petites phrases de ce genre sont perçues par les psychologues comme des «étiquettes» ou des «jugements définitifs» et ont un impact très lourd sur les enfants. «Les étiquettes appliquées à l'enfant sont toujours déconseillées. L'enfant va avoir tendance à s'y conformer, pourquoi essayer de changer, puisque de toute façon je suis comme ça?». Explique Anne Bacus, Psychologue. En réponse, l'enfant endosse le mauvais rôle, et pire encore, peut finir par croire qu'il est vraiment méchant ou paresseux.

Tu me rends folle, tu me rends malade, tu me rends triste...
Pourquoi faut-il les éviter ? Parce qu'elles sont culpabilisantes à souhait pour l'enfant qui de plus va se sentir rejeté. Cette accusation est injuste, l'enfant ne doit pas se tenir pour responsable de l'état de stress ou de tristesse dans lequel se trouve sa mère. D'autant plus qu'il s'agit le plus souvent d'une accumulation de choses de la vie quotidienne dont il n'est pas responsable : boulot, fatigue, disputes ... Ces phrases sonnent également comme un aveu : vous êtes dépassée par son comportement, vous êtes donc impuissante. L'enfant va alors se sentir tout-puissant et continuera à désobéir.
Ce qu'il faut dire : «Je n'aime pas ton comportement» ou «Ce que tu fais n'est pas bien».

Moi à ton âge, je m'habillais déjà toute seule !
Non seulement vous soulignez l'incompétence de votre enfant à faire telle ou telle chose mais pire encore, vous installez un sentiment de compétition avec pour principal rival : vous même ! Ors, un parent est un modèle qui doit accompagner, aider et guider l'enfant vers la réussite, aussi petite soit-elle. L'enfant désire plus que tout devenir l'adulte compétent qu'est son père ou sa mère. «C'est une bonne chose de parler de soi quand on était petit ... à condition de ne pas le faire sur le mode «moi, j'y arrivais», explique Stéphane Clerget, Pédopsychiatre. Ce n'est pas parce qu'il n'accomplit pas encore une tâche seul, comme manger tout seul ou s'habiller tout seul, qu'il ne deviendra pas un adulte compétent.
Ce qu'il faut dire : «Je suis sûr que tu vas y arriver».

Ta soeur elle au moins ... / Tu devrais prendre modèle sur ton frère
Dans une fratrie, rien n'est jamais très simple alors inutile de mettre de l'huile sur le feu ! En prenant le frère ou la soeur comme exemple de bonne conduite vous risquez d'enfermer votre enfant dans un sentiment de rancoeur et de jalousie envers son frere ou sa soeur, mais également de détruire la confiance en lui qu'il tend à bâtir. Ne faîtes pas de comparaisons et contentez-vous de lui expliquer ce que vous attendez de lui !

Ce qu'il faut dire : «J'attends de toi que tu sois plus serviable» ou «J'aimerais que tu sois plus attentif à ton travail».

Avec toi c'est toujours la même chose !
En d'autres termes : «Je ne peux jamais te faire confiance». Vous laissez ainsi entendre à votre enfant que comme d'habitude, on ne peut pas compter sur lui. Vous l'enfermez donc dans un rôle qui ne lui laisse pas la possibilité de changer. D'ailleurs, il ne cherchera pas à changer, puisque comme le souligne cette phrase il en est ainsi, avec lui c'est toujours la même chose ! Attention aux étiquettes car une fois collées, elles sont difficiles à enlever ...
Ce qu'il faut dire : «Tu m'avais promis de ranger ta chambre» ou «La prochaine fois, j'aimerais pouvoir compter sur toi».

Je ne t'aime plus / J'en ai vraiment marre de toi !
L'amour que l'on porte à un enfant, l'amour qu'il perçoit, est le principal fondement de sa construction. C'est la base. «Un enfant a besoin de savoir que l'amour de ses parents ne varie pas en fonction de tel ou tel comportement» explique Stéphane Clerget. Le danger serait qu'il finisse par croire que vous ne l'aimez plus. Ors, un enfant à besoin de l'amour de ses parents pour grandir et adopter les bons comportements.
Ce qu'il faut dire : «Je n'aime pas ton comportement»

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience