• Maman
  • Enfants

La varicelle : une maladie contagieuse

Article par Marilyne CLARAC , le 03/03/2009 à 10h55 , modifié le 03/03/2009 à 11h10 4 commentaires

La plupart du temps bénigne, la varicelle est une maladie infantile très contagieuse. Elle touche généralement les enfants à partir de 2 ans. Comment reconnaître ce trouble ? Comment réagir ? Faites le point.

La période d'incubation difficile à détecter

La varicelle est un virus du groupe des herpèsvirus. Il est important d'en vérifier le seuil épidémique*.  Avant l'éruption des boutons caractéristiques de la maladie, il est difficile de la détecter. La période d'attente entre la contamination et la survenue des premiers symptômes dure environ 14 jours et est appelée l'incubation.

Une fois malade, le sujet est très contagieux pour son entourage. Cette contagion se fait par voie respiratoire (gouttelettes de salive et virus en suspension dans l'air expiré) pendant les 24 à 36 heures qui précèdent l'apparition du premier bouton et par voie cutanée ensuite (boutons de la varicelle) durant six jours environ. Les premières lésions de la peau peuvent passer inaperçues le premier jour, surtout si elles sont peu nombreuses. A ce moment là, l'enfant peut avoir de faibles montées de fièvre, ressentir de la fatigue et avoir un écoulement nasal.

Boutons : les premiers symptômes

Le premier bouton est semblable à une piqûre de moustique, une petite tâche rose. Il devient très rapidement un genre de cloque remplie d'un liquide transparent. Les médecins parlent de "vésicules". En 24-48 heures, le corps entier peut être recouvert par vagues successives. Ils se logent en premier lieu sur la poitrine puis s'étendent un peu partout : à la racine des cheveux, sur les jambes et même parfois à l'intérieur de la bouche. Cette apparition est souvent accompagnée de fièvre et de fortes démangeaisons.

Le traitement : soulager et désinfecter

Tout d'abord occupez-vous de faire diminuer la fièvre avec du paracétamol. L'ibuprofène est déconseillé en cas de varicelle. Le médecin pourra lui prescrire un sirop antipurigineux pour soulager les démangeaisons. Votre enfant aura envie de se gratter, habillez-le de vêtements propres et couvrants et pensez à lui couper les ongles courts afin d'éviter qu'il ne surinfecte les boutons. Tentez de lui expliquer pour qu'il fasse attention.

De votre côté, faites la chasse aux boutons. Vous devez désinfecter chaque vésicule qui a éclaté. Les boutons qui sèchent au bout de 48 heures forment alors une petite croûte sur laquelle il faut aussi passer une solution antiseptique avec un coton tige. Pendant la maladie, préférez les douches avec un savon liquide désinfectant et rincez bien. N'arrachez pas les croûtes car la cicatrisation sera moins bonne et laissera peut-être des traces définitives.
Comptez huit jours pour que tous les boutons cicatrisent spontanément. Au départ de la croûte, la peau devient rose puis blanche et les marques s'atténueront petit à petit. Evitez pendant les semaines suivantes d'exposer la peau cicatricielle au soleil afin qu'elle de se pigmente pas.

La vaccination en prévention

La vaccination de tous les enfants contre la varicelle n'est pas recommandée en France. Elle concerne les sujets à risque sévère: ce sont des personnes qui n'ont pas de notion de varicelle dans leur passé et qui ont été exposés à un cas depuis moins de trois jours ou qui vont l'être par leur profession ou par leurs futurs. La vaccination (deux doses séparées d'au moins un mois) est efficace et permet de prévenir les éventuelles complications de la varicelle. Elle est contre-indiquée pendant la grossesse et chez les sujet souffrant d'immunodépression.

En l'absence de vaccination, 95% des adultes en France sont cependant immunisés après avoir fait la varicelle dans l'enfance. Si vous êtes enceinte, assurez-vous que vous êtes protégée car la varicelle peut avoir des conséquences sur le fœtus et au niveau pulmonaire.
Si vous avez été en contact avec un enfant porteur de la maladie, parlez-en rapidement à votre médecin qui effectuera une recherche d'anticorps via une prise de sang.
 
* Pour connaître les seuils épidémiques, consultez le site Sentinelles : http://websenti.u707.jussieu.fr/sentiweb/

Merci au Pr Emmanuel Grimprel. Consultation de pédiatrie et maladies infectieuses, hôpital Trousseau, Paris.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience