• Maman
  • Enfants
Dossier :La santé de mon enfant en hiver

Avec l'approche de l'hiver, le spectre des angines, bronchites et autres infections se profile à l'horizon. Le souci de toutes les mères : préserver leurs enfants des maladies. Mais les fortifiants sont-ils la solution adéquate au problème ?

Mère fille en hiver
Les compléments alimentaires, ce n'est pas systématique !
 
Inutile de lancer une cure de vitamines si votre enfant est en parfaite santé. Les pédiatres sont unanimes sur ce point : un organisme sain dispose d'un système immunitaire fonctionnel. On ne peut espérer "renforcer" des défenses qui sont déjà au maximum de leurs capacités.  
 
Tout est question de besoins individuels. Un traitement ne se justifie qu'en situation de carence. C'est ainsi que des suppléments de fer, sous forme de sirops pour les plus jeunes, sont prescrits en cas d'anémie - et donc de moindre résistance aux infections.
 
Toutefois, la pâleur ne rime pas toujours avec un manque de fer. De même, un enfant maigre n'est pas plus fragile que les autres. En se fiant à des idées reçues, ou des impressions personnelles, on risque de partir sur de mauvaises pistes. Mieux vaut donc éviter l'automédication... et consulter son médecin, qui pourra évaluer la situation et vous prescrire les éléments nécessaires.
 
Pas de gélules "miracle" !
 
Les probiotiques, ces bactéries lactiques agissant au niveau des défenses intestinales, ont actuellement la cote. Elles peuvent constituer un recours intéressant, car certaines études ont établi un lien entre leur présence dans les laits infantile et une action préventive. Néanmoins, étant donné la variété des analyses, la question n'est pas tranchée. Idem pour l'homéopathie.
 
Quoiqu'il en soit, aucun de ces produits ne peut se substituer aux mesures de prévention essentielles : la vaccination contre les maladies infectieuses, et une nourriture variée.
 
Les nourrissons reçoivent des facteurs de défense immunitaire via le lait maternel, les bébés de un à trois ans bénéficient de la quantité de fer nécessaire via le lait de croissance. Ensuite, il faut veiller au bon équilibre de l'alimentation de l'enfant, afin qu'il y trouve tous les micronutriments nécessaires à sa croissance et à ses défenses immunitaires.
 
Merci au docteur Georges Thiébault, pédiatre et responsable du site internet de l'AFPA (association française de pédiatrie ambulatoires) et au docteur François Vié Le Sage, responsable du secteur infectiologie/vaccinologie de l'AFPA.

Sommaire :
logAudience