• Maman
  • Enfants

La saga des marques : Pampers

Article par Emilie RABOTTIN avec agence , le 02/05/2009 à 16h56 , modifié le 04/05/2009 à 14h29 0 commentaire

La première couche Pampers, c'est un ingénieur américain qui l'a inventée pour ses petits-enfants dans les années 50, sans savoir que cela deviendrait une institution.

L'inventeur de la couche-culotte avait-il seulement idée que, près de 60 ans plus tard, la marque se battrait toujours plus avant pour continuer à proposer un maximum de confort aux tendres fesses de nos bébés ?

Victor Mills était, dans les années 50, aux États-Unis, un ingénieur chimiste employé par le géant Procter & Gamble Co. Il a eu alors l'idée de génie d'inventer une couche jetable simple à mettre sur un bébé gigoteur, et il l'a testée sur ses propres petits-enfants ! La saga Pampers commence précisément à ce moment-là.

Le nom de Pampers vient du verbe anglais « to pamper », dorloter. Des premières attentions tendres de "papy Pampers" jusqu'à nos jours, la ligne de mire de la marque leader sur le marché de la couche a toujours été de tout faire pour honorer son nom.

Dans les années 70 sont apparus les adhésifs. Au lieu de piquer la couche d'une grosse épingle à nourrice, les bandes adhésives sont venues au secours des parents qui ont trouvé que ce système permettait de vérifier bien plus facilement si la couche de leur petit ange était salie.

En 1978, Pampers arrive en France.

Les années 80 sont celles d'innovations capitales. Une couche Pampers a désormais des élastiques aux jambes, des bandes adhésives repositionnables, des couches plus absorbantes grâce à un gel et on peut la trouver dans des paquets en format économique.

En 1987, Pampers conçoit des couches beaucoup plus minces, avec micro-capteurs, qui permettent de garder les fesses de bébé bien au sec, donc d'être moins facilement irritées.

Les années 90 sont celles où les couches Pampers Baby Dry ont la faculté de capter l'humidité au cœur de la couche, afin de garder la surface bien au sec et plus performante en terme d'absorption. Les côtés deviennent extensibles et les bébés peuvent bouger plus librement !

En 1992, Pampers sort un type de couches pour les filles, un type pour les garçons. Les micro-capteurs sont concentrés à des endroits différents, pour bien absorber les fluides selon des zones ciblées.

En 1995, Pampers met sur le marché les Pampers Premium, des petits bijoux en matière de confort et de douceur pour la peau fragile des bébés.

En 1997, les couches unisexes sont de retour. La technologie d'absorption est tellement performante que les zones ciblées ne sont plus justifiées.

En 1998, ce sont les Pampers Premiums Cottonlike qui voient le jour. Elles sont comparables à la douceur de culottes en coton.

L'an 2000, Pampers marque le nouveau millénaire à sa façon avec les couches et lingettes Pampers Sensitive. On n'est jamais trop exigeant sur la douceur des soins pour la peau des enfants et Pampers ne le perd jamais de vue.

En 2001, la gamme Pampers s'enrichit de modèles de couches qui s'adaptent aux stades de développement des bébés : New Baby pour les nouveaux-nés, qui ont le pouvoir d'absorber une partie des selles molles, Active Fit pour les petits galopins qui partent à 4 pattes et ont besoin de côtés très extensibles et d'un entrejambe plus étroit, et Easy Up Pants pour accompagner les premiers pas de bébé en tout confort et en toute sécurité !

Aujourd'hui, Pampers a lancé une marque pour les enfants qui apprennent la propreté et l'hygiène : Pampers Kandoo. Lingettes et lotions permettent de gérer les premiers petits accidents qui suivent l'abandon des couches... Ce génie de la couche-culotte détient 36,4 % des parts de marché en France, devant Huggies et Peaudouce.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience