La méthode Freinet : une pédagogie différente dans des écoles publiques

Article par Anne HUMBERT , le 28/07/2009 à 10h48 , modifié le 28/07/2009 à 12h25 0 commentaire

Privilégier l'autonomie, l'apprentissage de la démocratie ainsi qu'encourager l'entraide et la coopération sont les maître-mots des écoles qui utilisent la pédagogie Freinet

Dès les années 20, l’instituteur Célestin Freinet se lance dans le mouvement de " l’éducation nouvelle " et il crée sa première école à Vence en 1935.

La pédagogie Freinet est centrée sur la vie de l’enfant et basée sur la communication et le tâtonnement expérimental plutôt que l’enseignement magistral.

Il souhaite laisser une large autonomie à l’élève en le motivant pour qu’il participe le plus possible dans la classe. L’enfant est respecté en tant que personne digne d’intérêt, y compris les enfants " hors normes ".

Comment ça se passe concrètement ?

- L’enfant est au centre du débat.
Dès le matin un élève est chargé de donner la parole et, une fois par semaine, la réunion coopérative amène les enfants à agir sur le « vivre ensemble à l’école ». Ces espaces d’expression servent de tremplin pour l’apprentissage de la grammaire, des mathématiques et de la conjugaison en primaire.

- Evoluer à son rythme.
Les enfants évoluent à leur rythme et suivant les matières. Ils ne font donc pas tous la même chose au même moment, et l’enseignant passe les voir individuellement pour vérifier le travail. L’enfant est évalué en fonction de ce qu’il sait faire plutôt que de ce qu’il ne sait pas faire. On valorise les réussites plutôt que les échecs.

- Favoriser l’entraide.

Pour favoriser La coopération et l’entraide, les enfants peuvent se regrouper comme ils le souhaitent et travailler ensemble. Les grands et les petits sont souvent mélangés en primaire pour permettre de s’ouvrir aux autres et de se soutenir dans les apprentissages.

- L’expression libre.

Texte libre, dessin libre, correspondance interscolaire, l’enfant explore et découvre par lui-même. L’apprentissage sur le terrain est privilégié. 

- La liberté de mouvement et la libre circulation dans l’école.

Les élèves peuvent se mouvoir dans la classe, même si l’enseignant définit un cadre et des règles. Ils ont le droit de s’isoler dans l’école, seul ou en groupe, sans surveillance, en salle de documentation par exemple. Si l’enfant enfreint les « règles «  définies par l’adulte, il ne peut plus circuler seul.

- Le respect des parents.

Les parents sont impliqués dans l’école et sont vraiment des interlocuteurs privilégiés. Ils peuvent circuler comme ils le souhaitent et peuvent venir regarder leur enfant travailler.


Pour en savoir plus : http://freinet.org/
 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience