• Maman
  • Enfants

L'homéopathie : une médecine adaptée aux maux des tout-petits

Article par Anne-Flore GASPAR-LOLLIOT , le 07/03/2013 à 14h36 , modifié le 07/03/2013 à 14h44 0 commentaire

Infections ORL à répétition, croûtes de lait disgracieuses, poussées dentaires ou coliques douloureuses... Nombreuses sont les affections infantiles pouvant être soulagées sans danger par l'homéopathie.

Les petits bobos du quotidien
Gencives gonflées, joues rouges, bave en abondance et selles molles : bébé fait sûrement ses dents. Alors en complément de l'éventuel anneau de dentition réfrigéré, optez pour la « préparation magistrale » (laboratoires Boiron) homéopathique toute prête disponible en pharmacie. Pensez aussi homéopathie en cas de bleus et bosses (petits ou gros hématomes, chocs) mais également de rhumes (écoulements clairs, jaunes ou vert, liquide ou épais, nez irrité ou bouché), très fréquents les premières années de bébé, surtout s'il est accueilli en collectivité.

La sphère ORL

En cas d'otites ou de rhinites à répétition, certains pédiatres décident de recourir à l'homéopathie. Mais attention : il ne s'agit pas de soigner ou de guérir bébé avec ces petits granulés en plein épisode infectieux ! Dans ces cas-là, on s'en tient stricto sensu à la prescription médicale (d'antibiotiques ou autres) : c'est surtout pour son rôle préventif qu'on optera pour un traitement homéopathique de fond.

Les petits maux de la peau
Erythème fessier, eczéma, croûtes de lait... Beaucoup plus fragile et sensible aux agressions du quotidien que la peau adulte, la peau de bébé est souvent source de manifestations cutanées plus ou moins bien tolérées pouvant être soulagées voire éradiquées par un traitement homéopathique seul ou en complément du traitement allopathique.

Les troubles digestifs
Régurgitations, coliques, diarrhée ou constipation constituent autant de troubles digestifs qu'il existe de solutions homéopathiques. Une fois le risque vital (vomissements ou diarrhées répétés et non ou mal traités pouvant entraîner une déshydratation) et la pathologie (reflux gastro-oesophagien) écartés, l'homéopathie peut être une aide précieuse dans le traitement de fond de ces petits ou gros désagréments.

Côté psy
On y pense beaucoup plus rarement mais l'homéopathie peut aussi s'avérer utile pour aider à lutter contre les troubles du sommeil au coucher, les réveils nocturnes dus aux cauchemars, la fameuse crise de pleurs de 18 heures, l'énervement ou toutes les petites angoisses et contrariétés qui peuvent embêter bébé.

Comment lui administrer ?
Difficile de demander à un nourrisson de laisser fondre ses granules sous la langue sans les avaler tout ronds ! Dans le chapitre consacré à l'homéopathie de son Guide médical de votre enfant (Marabout), le Dr Marc Sznajder invite donc à « écraser les granules ou dissoudre la poudre dans un peu d'eau qui sera donnée à la cuiller ou au biberon ». Le pédiatre rappelle également que les « médicaments doivent être pris à distance des repas (au moins 20 minutes) et il faut éviter de les toucher ».

Le principal avantage du traitement homéopathique résidant dans sa totale innocuité (pas d'effets secondaires), ce dernier ne dispense pas de l'avis d'un expert pour faire le point. Pour bien choisir le traitement le mieux adapté aux symptômes et à la situation de votre enfant, une première consultation chez un spécialiste s'impose donc avant d'automédiquer par la suite. Et même si elle semble de très bon conseil, n'oubliez pas que votre enfant est différent de celui de votre cousine ou de votre voisine...

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience